Démission embarrassante du fondateur du parti Québec 21

Le fondateur et candidat de Québec 21, Frédéric Têtu, en 2012
Photo: YouTube Le fondateur et candidat de Québec 21, Frédéric Têtu, en 2012

Le nouveau parti Québec 21, créé autour de l’opposition aux projets de transport en commun, est dans l’embarras. Son fondateur et candidat, Frédérick Têtu, a démissionné jeudi matin après avoir accordé une longue entrevue à la radio durant laquelle il semblait en état d’ébriété.

« Après avoir travaillé de façon acharnée au cours des derniers mois afin de contribuer à créer notre parti, Frédérick prendra quelques semaines de vacances bien méritées », a écrit le candidat à la mairie du parti, Jean-François Gosselin, sur sa page Facebook jeudi.

« Frédérick Têtu a tenu des propos tout à fait inappropriés sur les ondes d’une radio de Québec. Il s’en excuse et, face aux réactions suscitées par ses propos, monsieur Têtu m’a offert sa démission en tant que candidat. “Je tiens absolument à ne nuire en aucune façon au parti”, m’a-t-il affirmé. J’ai accepté sa démission. »

Professeur de philosophie au cégep Garneau, Frédérick Têtu est un chroniqueur régulier de la station CHOI-FM. Il est le fondateur du parti Québec 21, pour lequel il se présentait comme candidat de district de Loretteville–Les Châtels.

Lors de l’entrevue diffusée mercredi soir à l’émission Marceau le soir, M. Têtu a notamment qualifié les partisans de Régis Labeaume de « douchebags ». Il a tenu des propos décousus et a proféré des sacres.

En entrevue au Journal de Québec, l’animateur Yannick Marceau a dit qu’il avait gardé M. Têtu en ondes afin d’assurer la sécurité des automobilistes.

Malgré tout, le principal intéressé a soutenu jeudi qu’il n’était pas en état d’ébriété, mais dans un « état de fatigue extrême ».

3 commentaires
  • Jean-Philippe Delorme - Abonné 15 juin 2017 13 h 28

    Bien fait!

    Le malheur c'est que cette 'publicité gratuite' va quand même contribuer à le faire connaitre et convaincre 'certains' de l'appuyer... Mûr pour la CAQ.

    • Patrick Boulanger - Abonné 15 juin 2017 17 h 36

      Avez-vous écouté l'entrevue? Je ne suis pas certain de ce que vous avancez.

    • Jean-Philippe Delorme - Abonné 16 juin 2017 10 h 32

      J'ai écouté l'entrevue qui correspond à l'image de cet article où ce monsieur, posément, expose ses arguments où il conspue la vision 'sociale démocrate' du Québec. La solidarité sociale le dérange , tant pis pour lui!
      Je crois comprendre que dans sa plus récente entrevue où il 'a dérapé', il a traité les électeurs de nonos de ne pas se rallier à 'ses sages positions'... en sacrant... et en étant véhément.
      Je persiste et je signe diantre!