Transport en commun: les «tout à l’auto» boudent la consultation

Aucun des participants de la seconde consultation n’a affiché d’opposition manifeste au Service rapide par bus (SRB).
Photo: Yan Doublet Le Devoir Aucun des participants de la seconde consultation n’a affiché d’opposition manifeste au Service rapide par bus (SRB).

Les partisans du « tout à l’auto » et du Parti Québec 21 brillaient par leur absence mercredi à la seconde consultation sur la mobilité durable de la Ville de Québec. Un scénario similaire à celui de la veille lors de la première consultation dans l’arrondissement de Beauport.

La salle de 200 places était pleine à craquer au Club social Victoria mardi soir. Dès le début de la séance, plus de cinquante personnes s’étaient inscrites pour prendre la parole.

Comme la veille, tous ceux qui se sont exprimés étaient favorables à l’idée d’un « réseau structurant de transport en commun » et aucun n’a affiché d’opposition manifeste au Service rapide par bus (SRB).

Pierre-Yves Chopin, résidant de Saint-Sauveur, a invité le maire à « faire preuve d’audace et de courage » en dotant la ville d’un réseau ambitieux. « Juppé l’a fait à Bordeaux, il s’est quand même fait réélire », a-t-il lancé avant d’être chaudement applaudi.

« Il n’y a pas de raison de rentrer dans le centre-ville avec une auto », a quant à elle lancé Michele Paradis, une résidante de Saint-Roch qui a fait le choix de vivre sans auto.

Plusieurs personnes sont aussi allées au micro pour demander à la ville de mieux tenir compte des personnes à faible revenu, mais aussi des handicapés.

D’autres ont insisté sur la nécessité de ne pas opposer automobile et transport en commun. « Ce n’est pas parce qu’on dit que c’est important de manger des légumes qu’on part en guerre contre ceux qui mangent des chips. Moi, je mange des chips et j’en ai, un char », a lancé Martial Van Est, qui a lui aussi été chaudement applaudi.

Une « consultation bidon »

Où étaient les opposants au SRB et ceux qui souhaitent régler le problème du trafic en priorisant le troisième lien ? Peut-être aura-t-on la réponse à cette question lors des deux dernières séances samedi à Sainte-Foy et dans la Haute-Saint-Charles.

Chose certaine, plusieurs animateurs de radio associés à leur cause ont déclaré en ondes que la consultation était inutile. « C’est déjà décidé, c’est du théâtre d’été », a lancé Jeff Fillion lundi à l’émission Maurais Live. « On avait préparé notre mémoire. On va le faire en ondes. » Le même matin au FM93, Éric Duhaime avait dit qu’il s’agissait d’une « consultation bidon ».

Quant à Jean-François Gosselin, chef du parti politique qui représente leur cause (Québec 21), il avait annoncé mardi qu’il écouterait la séance à distance via la télédiffusion. Il était toutefois présent à la première consultation mardi après-midi en compagnie du fondateur de son parti et candidat de district Frédéric Têtu.

5 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 8 juin 2017 04 h 28

    chaque conditions nous imposent-elles pas ce qu'il faut

    le transport en commun ne nous indique-t-il pas toujours des conditions, parfois c'est trop ,d'autre fois ce n'est pas assez, des estafettes électriques en quantité suffisantes ne sont- elles pas les véhicules de l'avenir, allons les dragons un petit t'effort, le monde vous remerciera

  • Maryse Veilleux - Abonnée 8 juin 2017 07 h 17

    Grande immaturité sociale

    Québec est une ville profondément immature au niveau du transport collectif, cette initiative est non seulement souhaitable et bienvenue mais aurait dû être faite depuis longtemps. Quant au groupe qui boude l'événement, c'est un comportement infantile pour lequel par la suite ils se plaindront des résultats, dynamique de victime. Cela prends beaucoup de courage aux piétons et cyclistes là-bas, pour s'attaquer à cette mentalité du "char" (automobile) qui a priorité sur tout et partout, même sur l'existence des piétons. Par contre parler de Juppé à Bordeaux,... la France et l'ensemble de l'Europe sont très avant-gardiste sur le transport collectif, disons que Québec en est à des années lumières...ceci dit, l'initiative est louable et espérons qu'elle débouchera sur des initiatives concrètes.

  • Martial Van Neste - Abonné 8 juin 2017 09 h 24

    Opposition Auto-Transport en commun + Correction

    L'intention de mon intervention était que justement on doit faire une opposition Auto-Transport en commun, car il faudra faire des choix à cause des limitations de plusieurs axes et oui cela pourrait réduire la fluidité des automobiles sur certains axes en haute-ville. On doit privilégier le transport en commun comme on privilège les légumes aux chips dans l'espace limité d'une assiette santé. Mais privilégier les légumes ne veut pas dire qu'on part en guerre contre les mangeurs de chips ! Donc une opposition ou plutôt une préférence pour les transports en commun. L'approche actuelle de la ville de ne jamais toucher à la fluidité des automobiles rend la planification des transports actifs et collectifs quasi impossible ou demande des compromis inaceptables. On parlait même qu'il faudrait couper des centaines d'arbres pour permettre un trajet haute ville. On met ainsi en opposition la coupe de centaines d'arbres plutôt qu'une voie de circulation automobile. (En passant mon nom est Martial Van Neste...)

  • François St-Pierre - Abonné 8 juin 2017 09 h 49

    Les opposants n'ont pas boudé la rencontre

    Ils n'ont tout simplement pas pu se rendre à cause de la congestion routière et du manque de places de stationnement...

  • Matthew Dumaresq - Abonné 8 juin 2017 15 h 57

    Les opposants sont très silencieux

    Quan dil s'agit de chialer a la radio et faire des campagne anti- transport en commun on les entend mais quand c'est pour offrir une alternative là tout le monde est muet.