Arrosage à Québec: du gaspillage inévitable selon des groupes verts

«Le Devoir» révélait mardi que la Ville arrose ses trottoirs avec de l’eau potable.
Photo: Marie-Michèle Sioui Le Devoir «Le Devoir» révélait mardi que la Ville arrose ses trottoirs avec de l’eau potable.

L’arrosage par la Ville de Québec des trottoirs avec de l’eau potable est un moindre mal, de l’avis de deux organismes environnementaux qui doutent de la faisabilité d’autres méthodes.

« La Ville de Québec est loin d’être la pire en matière de gestion de l’eau, plaide le président de Réseau Environnement, Jean Lacroix. S’ils font ça, c’est qu’ils n’ont pas le choix. »

Le Devoir révélait mardi que la Ville arrose ses trottoirs avec de l’eau potable. Dans le Vieux-Québec, en matinée, des employés arrosaient les trottoirs à grands jets avec des tuyaux semblables à ceux qu’utilisent les pompiers.

L’image a d’autant plus choqué les internautes que la Ville s’est dotée d’une politique de l’eau en 2010 et que le maire Labeaume avait alors dénoncé le gaspillage par les citoyens qui « nettoient » leurs « driveways avec une machine à pression ».

Or, pour le Conseil régional de l’environnement (CRE), ce n’est pas si scandaleux que ça. « On veut que la Ville utilise davantage de sable et de gravier au lieu du sel pour moins contaminer les cours d’eau, note son président, Alexandre Turgeon. Eh bien, le résultat, c’est que nos rues sont excessivement sales au printemps. On ne peut pas attendre la pluie pour nettoyer nos rues. On n’en finirait pas. »

À son avis, d’autres sources de consommation d’eau sont plus dommageables, comme les toilettes, par exemple.

Réseau Environnement croit pour sa part que le recours à d’autres sources d’eau forcerait les camions à faire des déplacements, avec un impact encore plus dommageable en gaz à effets de serre (GES).

Du côté de la Fondation Rivières, on est plus mitigé. « La Ville en tant qu’institution publique doit montrer l’exemple et avoir les meilleures pratiques », croit son porte-parole, Alexandre Joly.

Interrogés sur la possibilité pour Québec d’imiter la Ville de Trois-Rivières, qui utilise des eaux de pluie pour nettoyer ses rues, ni le CRE ni le Réseau Environnement ne sont convaincus que c’est faisable.

« Reste à savoir comment on accumule l’eau de pluie », poursuit Alexandre Turgeon. « Récupérer l’eau de pluie nécessiterait d’immenses réservoirs », croit quant à lui Jean Lacroix.

L’opposition critique

Vérification faite, Trois-Rivières utilise trois barils de 10 000 litres chacun d’eau. Installés sur les toits d’un garage municipal et d’un aréna, les barils récoltent l’eau de pluie à l’aide de gouttières. Ce système mis en place en 2014 vise à réduire la consommation d’eau de 20 % à l’échelle de l’agglomération.

Selon le porte-parole de la Ville, Yvan Toutant, deux autres réservoirs doivent bientôt faire passer la capacité totale des réservoirs à 50 000 litres. En plus de servir au nettoyage des rues, l’eau est utilisée pour arroser les arrangements floraux de la ville pendant la belle saison.

Le maire Labeaume n’a pas voulu commenter l’article mardi, préférant réserver ses commentaires pour le lendemain. Mais, du côté de l’opposition, on trouve cela choquant.

« Les bottines ne suivent pas du tout les babines, pour reprendre une des expressions préférées du maire, s’insurge la chef de l’opposition, Anne Guérette. Ce n’est pas acceptable que le maire, qui a affirmé qu’il faisait de l’eau sa priorité, n’ait pas agi concrètement pour qu’on lave les rues avec de l’eau de pluie. […] On voit qu’à Trois-Rivières, c’est fait. C’est clair que c’est ce qu’il faut faire. »

2 commentaires
  • Chantale Desjardins - Abonnée 12 avril 2017 09 h 03

    L'eau potable, laquelle

    On peut arroser les rues, les trottoirs avec l'eau de l'aqueduc et c'est permis car ce n'est pas de l'eau potable. La vraie eau potable correspond à H2O, incolore, inodore et sans saveur. Elle contient des minéraux inorganiques. Boire l'eau du robinet signifie boire de l'eau de piscine. Seule l'eau distillée ou par osmose est digne de la consommation. L'eau est le premier aliment qu'on boit et doit correspondre à de l'eau saine. Il faudrait un jour dire au peuple la vérité sur l'eau dite potable qui est une source de maladies. Je ne bois que de l'eau distillée depuis plusieurs années et mon corps est content.