Les référendums municipaux seront bel et bien abolis

Le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux
Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux

Le gouvernement compte toujours abolir les référendums municipaux avec le projet de loi 122, mais il n’a pas encore précisé s’il allait oui ou non les remplacer par un autre type de consultation à même la loi.

« Il n’est absolument pas question de reculer là-dessus », a déclaré mardi le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux en parlant de l’abolition annoncée des référendums.

Le ministre compte toutefois promouvoir d’autres types de consultations. « C’est important de faire participer les citoyens dans les décisions en matière d’urbanisme, mais ce n’est pas par le mécanisme actuel. […] Il y a des mécanismes beaucoup plus modernes sur lesquels on va travailler parce qu’on veut plus de participation, pas moins. »

Le ministre dit que les citoyens « vont être consultés » et que les mécanismes de consultation seront élaborés avec ses « partenaires » comme les villes et les groupes qui s’intéressent à l’urbanisme.

Le ministre n’a toutefois pas indiqué si cette obligation de consulter sera imposée aux villes dans la loi. À son cabinet, on nous dit que cela sera discuté en consultation parlementaire lors de l’étude article par article du projet de loi 122.

8 commentaires
  • Nicole Delisle - Abonné 4 avril 2017 13 h 51

    La liberté d'expression perd du terrain!

    M. Coiteux prend la population pour bien "naïve" car il sait très bien que les municipalités auront le loisir de prendre la décision finale. On se distance de plus en plus du citoyen. On ne veut rien savoir de ce qu'il pense et veut! La démocratie perd des plumes. L'emprise du 1% devient de plus en plus "scabreuse" et l'élite s'ingère de plus en plus dans le politique en manipulant les ficelles de la gouvernance. L'éthique et la morale semblent des valeurs qui se perdent au profit de l'arrogance et de la cupidité! La saga Bombardier en est la preuve éclatante.

    • Charles Lebrun - Abonné 4 avril 2017 18 h 29

      Les humains sont toujours les mêmes... ils testent l'endurance de leur entourage jusqu'à ce qu'il cède... Un enfant de quatre ans fait de même! Il fait une crise à l'épicerie pour des céréales avec une figurine à l'intérieur de la boîte... jusqu'à ce que la mère (ou le père) cède. Vient le jour où les parents ne cèdent plus! Idem pour la situation actuelle. On (les payeurs d'impôts) a renfloué les banques et la grande industrie (automobile, entre autre) pourquoi, au juste? Ils (les 1%) nous ont "testé" et nous avons été conciliant! En fait, c'est que nous n'avons aucune idée de la signification d'un salaire de 5 millions/année. À ce salaire, il suffit de travailler 28 heures pour obtenir un salaire de 70000$! 28 heures, c'est une bien petite semaine! Viendra le jour où nous, les 99% diront: "NON, C'EST ASSEZ!" Ça n'existe pas un homme (ou une femme) qui mérite 5 millions par année... que ce soit Céline, un joueur de hockey, de baseball, un scientifique ou que sais-je. Que ce soit au privé ou non. Mais le humains ont besoin de "rois", tout comme au temps de Louis XIV et de Versailles! Cela démontre le faible estime que nous avons de notre propre rôle dans notre société! La fable du Lion et du Rat serait à relire et à méditer!

  • Jean Lacoursière - Abonné 4 avril 2017 15 h 00

    Ça regarde vraiment mal

    Après une commission parlementaire (= une forme de consultation) et plusieurs lettres d'opinion et éditoriaux dans dans les journaux, avec comme tendance une majorité d'avis contre l'élimination du droit au référendum en matière d'urbanisme, Martin Coiteux trouve que c'est une bonne idée de l'éliminer pour le remplacer par de meilleures consultations publiques. Quel paradoxe, alors que ses propres consultations et le public trouvent le contraire.

    Que voulez-vous, quand Régis Labeaume dit en commission que "les référendums sont anti-démocratiques", ça regarde vraiment mal... .

  • Gilles Teasdale - Abonné 4 avril 2017 16 h 33

    PLQ

    Expert pour imposer le bâillon une autre spécialité du PLQ.

  • Christian Bédard - Abonné 4 avril 2017 17 h 55

    Et ainsi se réduit la Démocratie...

    On craint ceux qui nous élisent et on restreint les occasions qu'ils ont de s'exprimer car, on le sait bien, le bas peuple est bien trop bête pour savoir ce qui est bien pour lui. Ceux qui ont été élus savent déjà mieux que nous ce qui nous convient, la preuve? Nous les avons élus! Fermons les yeux et paissons paisiblement cher troupeau. Euh, c'est quand la prochaine révolte?

  • Andrée Le Blanc - Abonnée 4 avril 2017 18 h 58

    Condamner le peuple au silence

    Ce gouvernement se considère investi de la vérité absolue. Ils ont raison tout le temps, même quand on leur crie qu'ils ont tort.

    Je ne vois pas de ministère où cette croyance ne soit pas un dogme, même si c'est plus qu'évident en santé et services sociaux. Pauvre Québec soumis: tu es de plus en plus ligoté entre deux élections, tiens- toi le pour dit !