La population et les politiciens condamnent l'attentat à Québec

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir

L’attaque violente sur le Centre culturel islamique de la ville de Québec a causé une vague de réactions dans la population et au sein de la classe politique. Sur la page Facebook de la mosquée, qui a pignon sur rue à Sainte-Foy, des centaines de personnes ont envoyé des messages de sympathie et de compassion aux familles touchées par la tragédie.

À Québec, le premier ministre Philippe Couillard a annoncé avoir demandé à ce que le drapeau qui flotte devant l’Assemblée nationale soit mis en berne ce lundi.

   

« Le Québec rejette catégoriquement cette violence barbare. Toute notre solidarité aux proches des victimes, des blessés et à leur famille », a-t-il aussi déclaré. Il a plus tard qualifié le geste d’« acte terroriste ». Son homologue fédéral, Justin Trudeau, a aussi réagi. Il a d'ailleurs précisé que son gouvernement travaillait de concert avec celui de Québec pour gérer au mieux la crise.

   

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a déclaré que « la violence et l’intolérance à l’égard de qui que ce soit, groupes ou individus, est tout simplement injustifiable et inacceptable ». « Mes premières pensées vont aux familles des victimes et à tous les fidèles de la mosquée de Sainte-Foy. Toute la ville est avec vous et nous serons à vos côtés afin de traverser cette terrible épreuve qui dépasse la raison », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

 

« Violence intolérable ce soir contre des musulmans à la mosquée de Sainte-Foy. Toutes nos pensées accompagnent les victimes et leurs proches », a aussi affirmé le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée. « Mes pensées accompagnent la communauté musulmane de Québec. Exprimons notre désarroi face à cette violence insensée », a aussi écrit sur Twitter le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

« Quand l’intolérance passe des discours aux meurtres, la solidarité est essentielle. Je pars à Québec demain matin pour exprimer ma solidarité avec la communauté musulmane. Nos pensées vont aux familles des victimes et aux gens de la ville de Québec », a réagi Manon Massé, porte-parole de Québec solidaire.

Le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a annoncé que la structure de gestion policière contre le terrorisme avait été déployée. « Assurer la sécurité de la population est notre priorité », a-t-il aussi déclaré.

   

Le député libéral de Jean-Talon, où se sont déroulés les événements, s’est désolé de cet « événement tragique ». « Cette violence est inacceptable. Mes pensées pour les victimes et leurs proches », a réagi Sébastien Proulx. « Profondément attristé par pertes de vie et blessés à Ste-Foy », a aussi écrit sur Twitter, Ralph Goodale, ministre fédéral de la Sécurité publique et de la Protection civile.

 
1 commentaire
  • Francois Cossette - Inscrit 30 janvier 2017 16 h 01

    Un autre cas de maladie mentale !!!!

    Ce genre d'individu c'est comme une bombe a retardement, rien a voir avec du terrorisme. plutot a voir avec la maladie mentale. A quebec ce ne sont pas les détonateurs qui manquent, agressivité des radios poubelles, agressivité des politiciens, tout cela a pu servir de déclencheurs pour quelqu'un psychologique instable. Mais SVP, arrêtez de me parler de terrorisme. Ce mot est maintenant galvaudé et utilisé a toutes les sauces, il a surtout servi a mettre une étiquette sur des événements dans le but de dédouaner les représailles a ceux-ci. Les américains, les russes, les israeliens et combien d'autres s'en sont servis a outrance.