Anne Guérette affrontera Régis Labeaume

L’architecte Anne Guérette a été élue à la tête de Démocratie Québec. Ci-dessus, l’aspirante chef au débat du 11 novembre de la course à la direction.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir L’architecte Anne Guérette a été élue à la tête de Démocratie Québec. Ci-dessus, l’aspirante chef au débat du 11 novembre de la course à la direction.

C’est finalement Anne Guérette qui affrontera Régis Labeaume aux élections de l’automne prochain. La conseillère municipale a remporté dimanche la course à la chefferie de Démocratie Québec avec 54 % des voix, devant François Marchand.

« Un vent nouveau souffle sur Québec », a-t-elle déclaré dans son discours de victoire au Patro Roc-Amadour devant une centaine de personnes. « Le temps où tout est décidé d’avance sans les citoyens est terminé. »

Architecte de formation, Anne Guérette, 52 ans, est conseillère municipale depuis 2007. D’abord indépendante, elle s’était ralliée au parti d’opposition qui allait devenir Démocratie Québec avant les élections de 2013.

En mêlée de presse dimanche, elle s’est d’abord dite très fière du résultat. « C’est une preuve que la valeur du travail, la persévérance, la conviction existent encore. J’ai travaillé fort. Je me sentais prête, j’étais bien entourée aussi et aujourd’hui ça a porté fruit. »

Passionnée par les enjeux de patrimoine, Mme Guérette a proposé une autre façon de faire de la politique axée, a-t-elle dit, sur le respect et davantage de consultations citoyennes. Contrairement à son adversaire François Marchand, elle n’a pas pris position contre le projet de 3e lien réservant sa décision pour plus tard.

Controversé adversaire

Avocat spécialisé en droit municipal, M. Marchand, 63 ans, est un nouveau venu au sein de Démocratie Québec. Il n’en était toutefois pas à ses premiers pas en politique municipale puisqu’il était conseiller municipal durant les années 1980 à l’époque de Jean-Pelletier.

Pendant la campagne, on a appris par ailleurs qu’il avait rencontré pendant l’été le chef de cabinet de Régis Labeaume, Louis Côté. Ce dernier avait affirmé que M. Marchand souhaitait à l’époque se joindre à Équipe Labeaume. Une information démentie par le principal intéressé.

M. Marchand a imputé une bonne partie de sa défaite à cette controverse. Il a répété qu’il n’avait pas l’intention de se présenter aux élections comme conseiller municipal. « Moi, je visais la mairie, a-t-il dit. Je suis déçu, mais en même temps je vais me lever demain matin et la vie continue. Je n’ai pas d’amertume. »

Le taux de participation au scrutin de dimanche s’est élevé à 68 %. Un total de 1102 électeurs étaient autorisés à voter. Une nette amélioration pour le parti qui a triplé son nombre de membres au cours de la course. Le parti a 65 000 $ en caisse, a fait savoir le président du parti, Denis L’Anglais, dimanche.

Aux élections de 2013, le parti avait misé sur David Lemelin, un ancien animateur de télévision et auteur d’un livre très critique de Régis Labeaume. Au final, le parti avait récolté 24 % des votes face au maire sortant et fait élire trois conseillers sur 21 : Mme Guérette, Paul Shoiry et Yvon Bussières.

Il n’y avait toutefois pas eu de course à la chefferie la dernière fois, Mme Guérette ayant accepté de se rallier à M. Lemelin. Rappelons que Démocratie Québec est né de l’alliance entre Anne Guérette et ce qui restait du Renouveau municipal de Québec (RMQ), parti de feu Jean-Paul L’Allier.

2 commentaires
  • Richard A. Gotier - Abonné 4 décembre 2016 17 h 27

    Correction

    «Il n’en était toutefois arpas....»

  • Louise Collette - Abonnée 5 décembre 2016 08 h 01

    Chance

    Bonne chance Madame, j'aimerais vous voir mairesse de Québec, il me semble que ça ferait du bien..