Marchand nie avoir fait des démarches

François Marchand avait approché l’équipe du maire lors d’une rencontre en juillet.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir François Marchand avait approché l’équipe du maire lors d’une rencontre en juillet.

François Marchand, l’avocat qui souhaite affronter le maire Labeaume aux prochaines élections, se défend d’avoir cherché à se joindre à Équipe Labeaume plus tôt cet été. Or, au cabinet du maire, on jure le contraire. « Jamais je n’ai manifesté d’intérêt à être conseiller municipal et à faire partie d’Équipe Labeaume », a plaidé l’avocat. En matinée, un journaliste du FM93 affirmait que M. Marchand avait approché l’équipe du maire lors d’une rencontre en juillet.

François Marchand, l’avocat qui souhaite affronter le maire Labeaume aux prochaines élections, se défend d’avoir cherché à se joindre à Équipe Labeaume plus tôt cet été. Or, au cabinet du maire, on jure le contraire.

« Jamais je n’ai manifesté d’intérêt à être conseiller municipal et à faire partie d’Équipe Labeaume », a plaidé l’avocat.

En matinée, un journaliste du FM93 affirmait que M. Marchand avait approché l’équipe du maire lors d’une rencontre en juillet. Le principal intéressé a ensuite confirmé qu’une rencontre avait bien eu lieu, mais qu’elle avait été sollicitée non pas par lui, mais par le chef de cabinet du maire, Louis Côté.

« C’est lui qui m’avait téléphoné pour qu’on jase de politique municipale. […] J’ai même vérifié mes comptes de téléphone. […] C’était assez informel. »

Or, le cabinet maintient sa version. « C’est vraiment François Marchand qui a initié la rencontre avec Louis Côté. […] Il a fait part de son désir d’être candidat dans le district d’Anne Guérette, qui est celui où il réside de toute façon »,a signalé l’attaché de presse du maire, Paul-Christian Nolin.

Selon ses dires, M. Marchand aurait indiqué à M. Côté en août qu’il n’était plus intéressé parce que la tâche de conseiller lui semblait trop lourde avec les nombreuses réunions en soirée des conseils de quartier et d’arrondissement qui venaient avec la tâche. M. Côté est même prêt à faire une déclaration sous serment à cet effet, a souligné l’attaché de presse. « De la part d’un avocat, je trouve pour le moins bien imprudent Me Marchand de nier aussi catégoriquement qu’il a sollicité de se présenter pour l’Équipe Labeaume »

M. Marchand participe à la course à la chefferie de Démocratie Québec, le parti d’opposition à la ville de Québec. Selon lui, cette polémique est le signe que sa candidature « fait peur » au maire sortant. « Il cherche par tous les moyens à éviter de devoir m’affronter aux prochaines élections »,a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Dans le même document, M. Marchand affirme que lors de la rencontre en juillet, on lui a « également demandé de ne pas être trop dur envers monsieur Labeaume, [qu’il] avait déjà commencé à critiquer ». Or, M. Nolin fait remarquer que les premières déclarations critiques de M. Marchand à l’égard de M. Labeaume remontent seulement à deux mois plus tard.

Questionné là-dessus, M. Marchand concède qu’à l’époque, il n’avait pas fait de sorties publiques critiques contre le maire. Il suggère que M. Côté a pu faire référence à des commentaires tenus lors de ses passages à la radio comme expert en droit municipal. « Ça fait un an que je ne suis plus capable avec monsieur Labeaume, et ça commençait à paraître dans mes commentaires. »