4 milliards pour un tunnel entre Québec et Lévis

Poussé par la Chambre de commerce de Lévis, le projet suscite beaucoup d’intérêt à Québec depuis quelques mois.
Photo: Arturo Yee / CCS Poussé par la Chambre de commerce de Lévis, le projet suscite beaucoup d’intérêt à Québec depuis quelques mois.

Un tunnel sous le fleuve entre Québec et Lévis serait « faisable » mais coûterait 4 milliards à construire selon une étude rendue publique mardi matin.

 

L’étude commandée par le ministère des Transports du Québec a été réalisée par le professeur Bruno Massicotte de Polytechnique Montréal.
 

« Il y a des tunnels dans le monde de ce type-là qui ont été faits dans des conditions similaires », a dit l’expert. « En termes de construction, c’est faisable. » Dans le meilleur des cas, il en coûterait 3,5 milliards et dans le pire, 4,5 milliards, a précisé M. Massicotte.
 

D’une longueur de 7,8 km, le tunnel relierait l’échangeur des autoroutes 40 et 440 à la hauteur de Beauport et le sud de la route 132 à l’est de la route Lallemand qui est reliée à l’autoroute 20.
 

Il faudrait environ 13 ans pour le construire et ses coûts d’exploitation sont évalués à 2,3 milliards.
 

Poussé à l’origine par la Chambre de commerce de Lévis, ce projet suscite beaucoup d’intérêt à Québec depuis quelques mois. Pas moins de 83 % de la population de Lévis y était favorable en 2015 selon un sondage commandé par la ville. À l’origine, la Chambre de commerce avait laissé entendre qu’un tel projet pourrait nécessiter des coûts de 500 millions.
 

Le maire de Québec Régis Labeaume a récemment qualifié le projet de « piège à con », déclarant que ses partisans sous-estimaient les coûts d’une telle entreprise. Le maire de Québec veut plutôt miser sur le projet de Service rapide par bus (SRB) pour réduire la congestion à Québec.
 

Selon le professeur Massicotte, le principal défi d’un tel projet réside dans la présence de « dépôts meubles » (des sables mous) sur la Rive-Nord, laquelle pourrait « être sujette à des mouvements » en cas de tremblements de terre. Il faudrait donc renforcer la structure à cet endroit, ce qui entraînerait des « coûts assez importants » de « centaines de millions ». Ces coûts ont toutefois été pris en compte dans l’évaluation de 4 milliards.

 

Récemment, une coalition de groupes environnementaux a dénoncé ce projet qui serait, selon eux, le « scénario contraire à toutes les orientations prises en matière de développement, d’environnement et de mobilité par les différents paliers de gouvernement au cours des dernières années ».

 

L’emplacement du tunnel choisi par le ministère des Transports a été privilégié parce qu’il relie deux autoroutes. Il ne s’agit toutefois pas du secteur de la région où le trafic est le plus intense.

 

Plus de détails suivront.

9 commentaires
  • Yvon Bureau - Abonné 13 septembre 2016 13 h 50

    Très envisageable

    Avec totue la technologie et la science et la qualité des matériaux que nous avons.

    Nous pourrions demander aux plus riches une collaboration financiaire spéciale sur 6 à 15 ans.

    • Marjorie Fraser - Abonnée 13 septembre 2016 23 h 06

      Et pourquoi ne pas commencer par avoir des transports en commun rapides, efficaces et agréables ? Il me semble qu'on pourrait faire quelques petites choses avec 4,5 milliards.... Non mais, qu'est-ce qu'on entend parfois ! J'imagine que cette étude a été commandée pour clouer le cercueil bien définitivement de ce projet rétrograde et dépassé avant même d'être entâmé. On est au 21e siècle.

    • René Pigeon - Abonné 14 septembre 2016 19 h 47

      Les commerces de Lévis vont décroitre. Le tunnel confirmerait son statut de banlieue dortoir au lieu de faire croitre un nouveau pole industriel, autour de Desjardins, de la raffinerie etc. Les fonds publics investis dans ce lien ne seraient pas disponibles pour plusieurs autres infrastructures plus utiles ; les futurs utilisateurs du tunnel seraient-ils prêts à payer les péages nécessaires pour couvrir leur besoin de nature principalement privé ? Un tunnel rapproche mais il crée des goulots d’étranglement à l’entrée et à la sortie, couteux à gérer et à neutraliser.

  • Guillaume Girard - Abonné 13 septembre 2016 14 h 46

    Un projet dépassé avant même de commencer

    Évidemment, on planifie pour les autos qui roulent actuellement. Considérant l'augmentaion du trafic automobile (que ce genre de projet ne fait qu'encouragé), il sera congestionné et dépassé avant même d'être mis en service. De plus, on ne pense qu'aux auto dans la planification (rattacher 2 autoroutes entre elles) et on met complètement de côté les transports actifs et collectifs. Encore une fois, le Québec brille par son attachement à un mode de développement dépassé qui ne fait que prouver ses limites à chaque nouveau kilomètre d'autoroute.

  • Pierre Schneider - Abonné 13 septembre 2016 16 h 19

    Trop cher

    Si on veut investir en transport routier, qu'on le fasse dans une région où les véhicules sont absolument nécessaires, soit dans le Bas du Fleuve où le prolongement de la 20 est une nécessité qui tarde à venir.

    • Marjorie Fraser - Abonnée 13 septembre 2016 23 h 09

      Si on veut investir en transport, pourquoi ne pas commencer à réfléchir à l'après-pétrole-pas-cher ? Du genre, rétablir un réseau de transport ferroviaire abordable et performant, transport en commun électrique, confortable et étendu, etc. Les autoroutes ne sont pas les infrastructures de l'avenir, bien au contraire...

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 13 septembre 2016 18 h 36

    La Chambre de Commerce de Lévis

    comme les CdeC en général m'épateront toujours par l'intelligence de leurs projets et l'évaluation qu'ils en font. Excellent.

  • Maryse Veilleux - Abonnée 13 septembre 2016 21 h 49

    Ils en fument du bon!

    Hummm.... le projet de loi de Justin n'est pas passé mais je crois que les gens de Lévis ont commencé à en fumer du bon. Quatre millards!... j'sais pas s'ils ont une idée de ce que cela représente comme hausse de taxes... et ... qu'est-ce qu'ils vont faire de ce tunnel?... sûrement pas une piste cyclable... à moins de le rattacher à l'Aquarium de Québec et d'en faire une attraction, je cherche bien en quoi cela peut être rentable... et pour quoi?... Tant qu'à cela je pense que le projet de train à haute vitesse entre Montréal et Québec serait bien mieux pensé....