Centre Vidéotron: l’opposition en remet

<p>L’opposition soutient que plusieurs dépenses ne sont pas incluses dans les 370 millions dépensés dans l’amphithéâtre.</p>
Photo: Stephane Groleau / CC

L’opposition soutient que plusieurs dépenses ne sont pas incluses dans les 370 millions dépensés dans l’amphithéâtre.

L’opposition à la Ville de Québec ne désarme pas dans le dossier du Centre Vidéotron. Lundi, elle a dressé un bilan « décevant » de l’amphithéâtre en affirmant que les coûts liés au projet n’étaient pas de 370 millions de dollars, mais bien de 417 millions.

« On nous avait dit que c’était un bon deal pour Québec, mais l’entente n’est pas à l’avantage des citoyens », a lancé le chef de Démocratie Québec, Paul Shoiry avant la première séance du conseil municipal de l’automne.

L’opposition soutient que plusieurs dépenses ne sont pas incluses dans les 370 millions dépensés dans l’amphithéâtre, dont la réfection de certains stationnements (9,35 millions), l’aménagement du site événementiel (2 millions), la passerelle Soumande (2 millions), la gestion automatisée des stationnements (2,5 millions), la démolition de l’Espace K (0,3 million), les célébrations d’ouverture (1 million), le congé de taxes donné au Ludoplex (0,3 million) et, enfin, la réfection et le réaménagement du boulevard Hamel, de la Pointe-aux-lièvres, de l’avenue Soumande et de l’avenue de l’Exposition du viaduc (23 millions).

L’opposition est également revenue sur le départ du gestionnaire Benoît Robert ainsi que sur le déficit d’exploitation de l’an dernier (730 000 $) et dit s’attendre à ce que ce ne soit guère mieux en 2016-2017. « Mis à part les Remparts [l’équipe de hockey junior majeur], il y a huit shows de prévus. Il y en a beaucoup plus au Centre Bell », a-t-il déclaré en donnant les exemples d’Adele, Drake, Charles Aznavour et Sia.

Invité à réagir, M. Labeaume a défendu l’entente avec force. « Nous autres, quand on a négocié 33 millions de cash, c’est qu’on savait qu’il y allait avoir des déficits les deux, trois premières années. C’est pour ça qu’on a eu du comptant au départ. »

Il a ensuite évoqué le traitement médiatique de la nouvelle sur le déficit en montrant du doigt La Presse et Le Soleil. « Les deux titres du Soleil et de La Presse, je les blâme pas… Quand Québecor court après la famille Desmarais, il faut bien qu’ils se vengent à un moment donné. On mange la claque, et c’est correct. »

Il a affirmé enfin qu’il n’y avait pas « une ville en Amérique qui avait signé un deal comme ça » sans équipe de hockey. « Trouvez-moi une ville qui a eu à l’avance pour 25 ans l’argent pour son droit de nommer. Ça n’existe pas. C’est un deal extraordinaire. Mais bon, à Québec, faut ben que ça jase un peu… »

Finalement, concernant le départ de Benoît Robert, M. Labeaume a laissé entendre que ce dernier était parti en raison de difficultés personnelles. « Je n’ai jamais vécu ce qu’il a vécu familialement », a-t-il dit en invitant les gens à être « sobres ».


Shoiry forcé de s’excuser au maire

Lors du point de presse de l’opposition, M. Shoiry s’en est pris également au comportement du maire le soir du 20 août. À la sortie du spectacle de Céline Dion, le maire avait alors été filmé par TVA en train d’interpeller avec colère les chauffeurs de taxi parce que les gens devaient attendre une éternité pour avoir une voiture.

« Je ne sais pas comment il s’est rendu puis il est parti de l’amphithéâtre. J’espère qu’il a pris le transport en commun, j’espère qu’il n’a pas pris son auto. Regardez, il n’avait pas un comportement qui était adéquat pour la situation », a déclaré M. Shoiry.

Un journaliste lui a alors demandé de préciser s’il pensait que M. Labeaume était « ivre ». « Regardez la vidéo puis vous vous ferez votre propre jugement, a répondu le chef de l’opposition. Il se promenait dans la rue devant les taxis et il y avait la caméra de TVA qui le suivait en courant. J’ai jamais vu ça. C’est spécial. C’est assez particulier. »

Mis au fait de ces propos, le maire a qualifié M. Shoiry de « pauvre imbécile » et de « petit homme » avant de dire qu’il était « bon pour la retraite ». Puis lors de la séance du conseil, M. Shoiry a commencé son intervention en offrant ses excuses auprès du maire. « On rencontre la presse, on parle de différents dossiers et peut-être que mes propos vous ont offensé. Ce n’était pas l’intention. Ce qui est dit est dit, mais vous me l’avez demandé, je vous les offre. »
1 commentaire
  • Yves Rousseau - Abonné 30 août 2016 09 h 28

    Le centre vidé au trot

    C'est évident que la LNH ne veut pas de Québec. Marché sans intérêt : Pas assez de sièges sociaux, trop près de Montréal, pas assez de population.

    Le maire de Québec peut bien promettre que le Lac-Saint-Jean va se vider pour venir remplir son amphithéâtre, il n'y a que les crédules fervents mais incapables de se payer un billet de saison de la LNH à 5000$ pour le croire.

    Labeaume multiplie les shows de boucane pour faire diversion mais un jour les gens de Québec vont voir les conséquences sur leur compte de taxes.

    Même Jeff Filion n'y croit pas, lui qui appelle les nostalgiques de la «Nordiques nation» les «zombies bleus»!