Coincé dans la circulation

À la sortie du spectacle de Céline Dion au Centre Vidéotron samedi soir, M. Labeaume avait vivement critiqué les chauffeurs de taxi de Québec parce que les gens devaient attendre trop longtemps.
Photo: Eigenes Werk / CC À la sortie du spectacle de Céline Dion au Centre Vidéotron samedi soir, M. Labeaume avait vivement critiqué les chauffeurs de taxi de Québec parce que les gens devaient attendre trop longtemps.

À l’approche de la rentrée municipale, les problèmes de circulation autour du Centre Vidéotron continuent de causer des maux de tête au maire de Québec, Régis Labeaume, qui s’est fait vertement critiquer par l’opposition dans ce dossier lundi.

« Ça s’ajoute aux autres ratés dans le dossier de l’amphithéâtre », a déclaré la conseillère de l’opposition Anne Guérette en après-midi.

À la sortie du spectacle de Céline Dion au Centre Vidéotron samedi soir, M. Labeaume avait vivement critiqué les chauffeurs de taxi de Québec parce que les gens devaient attendre trop longtemps. « On ne pourra pas avoir de club de hockey, parce que 18 000 personnes, on n’est pas capables de les recevoir, on n’est pas capables de les ramener chez eux », avait dit le maire sur les ondes de TVA.

Le lendemain, il a convoqué les médias pour dire que dans les circonstances, il était « ouvert » à la venue d’Uber à Québec. Lundi, son attaché de presse a confirmé qu’il devait en discuter avec le nouveau ministre des Transports, Laurent Lessard, au cours des prochains jours.

Il ne s’agit pas du premier bras de fer entre le maire et les compagnies de taxi de Québec. Des tensions apparaissent pratiquement après chaque nouveau concert d’envergure depuis l’ouverture du Centre Vidéotron il y a un an.

Selon l’opposition à la Ville, ce n’est pas tant la faute des chauffeurs de taxi que d’un « manque de planification ». « Le grand responsable, c’est le maire de Québec parce que c’est lui le grand maître d’oeuvre de ce projet », plaide Mme Guérette.

La conseillère, qui souhaite diriger son parti pour affronter le maire aux prochaines élections, reproche à M. Labeaume de « faire diversion » en menaçant de soutenir Uber. « On devrait se pencher davantage sur la coordination et le transport en commun. »

Malgré sa sortie impromptue de dimanche dans ce dossier, le maire de Québec est officiellement toujours en vacances. Il doit être de retour la semaine prochaine.

2 commentaires
  • Jean Richard - Abonné 23 août 2016 09 h 54

    Maire 1950, vision 1950

    Pour ramener 18 000 personnes à la maison, ça doit prendre, compte tenu du taux d'occupation moyen des voitures individuelles à Québec, environ 15 000 voitures-taxi. De quoi faire un bel embouteillage !

    Or, parmi ces 18 000 personnes, quelques centaines habitent déjà à distance de marche de l'amphithéâtre. Si seulement on avait pensé à elles en aménageant les abords de l'endroit, au lieu de miser sur le 100 % automobile, lequel ne laisse aucune place aux autres modes de déplacement car le 100 % automobile, le maire l'ignore, mais ça dévore beaucoup d'espace, une ressource limitée en ville.

    Mille personnes rentrent à pieds. Il en reste 17 000. Le vélo multiplie par quatre l'autonomie du piéton. Alors, sur les 17 000 personnes restantes, il y en a peut-être 2000 qui pourraient rentrer à vélo, si seulement on avait pensé à elles en aménageant les abords du temple Labeaume-Vidéotron. Or, les cyclistes, comme les piétons, ont été oubliés.

    Et les 15 000 personnes restantes ? Un autobus articulé, le RTC en a plusieurs, contient facilement 100 personnes sans trop se serrer. M. Labeaume ne semble pas vouloir impliquer le RTC dans le déplacement des foules lors de tels évènements. Pourtant, le transport collectif restera toujours le moyen le plus efficace pour déplacer le plus grand nombre de gens en occupant le moins d'espace possible. Prenez le métro à Montréal les soirs de hockey ou de soccer et vous verrez comment on déplace des foules (à 1000 passager par rame). M. Labeaume ne veut probablement pas que le RTC démontre l'efficacité des transports collectifs et c'est pourquoi il s'en prend aux taxis et fait le silence sur le RTC. Y a-t-il au moins un abribus près du centre Vidéotron ?

    Québec vit encore dans les années 50, avec un maire des années 50. Dommage.

  • Donald Bordeleau - Abonné 24 août 2016 12 h 23

    Oui le transport collectif un most.

    De plus, il est urgent de réaliser d'autres accès et sorties surrélevés.

    Une voie réservée pour les autobus à l'entrée du Centre Vidéotron pour assurer une sortie rapide des visiteurs.

    faire une approche consensuel comme dit Monsieur Couillard en toute honnêteté.