De nouvelles concessions à Québec

Des propriétaires de Lac-Beauport pourront bénéficier de l’assouplissement annoncé jeudi.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Des propriétaires de Lac-Beauport pourront bénéficier de l’assouplissement annoncé jeudi.

La Communauté métropolitaine de Québec (CMQ) a dévoilé jeudi de nouveaux assouplissements à son règlement sur la protection de l’eau potable pour ménager les petits propriétaires et respecter leurs droits acquis. Or le coeur du conflit dans la couronne reste à régler.

« La pression a été très, très forte », a résumé la présidente de la Commission intérimaire d’environnement de la CMQ et mairesse de Sainte-Brigitte-de-Laval, Wanita Daniele. Depuis sa présentation en mars, le Règlement de contrôle intérimaire (RCI) a déclenché une véritable levée de boucliers dans des secteurs comme Stoneham, Lac-Beauport et Sainte-Brigitte-de-Laval.

La CMQ avait voulu durcir la réglementation après avoir découvert que la santé du principal réservoir d’eau potable du territoire — le lac Saint-Charles — se dégradait rapidement. L’étalement urbain et la prolifération des constructions avec fosses septiques dans le bassin versant avaient alors été montrés du doigt comme principale cause du problème.

En conférence de presse jeudi, le maire Régis Labeaume (également président de la CMQ) a expliqué que la CMQ, avec ces assouplissements, voulait permettre au plus grand nombre de familles possible «de construire leurs rêves de maisons».

À l’origine, le RCI visait à bannir les installations septiques dans tout le bassin versant et les constructions en pente, en plus d’imposer une série d’obligations en matière de reboisement. Or, finalement, le plan dévoilé jeudi permet à certains propriétaires de terrains de se construire avec des fosses septiques. Une centaine de personnes pourraient en bénéficier, notamment à Lac-Beauport.

De plus, une partie des propriétaires qui ont déjà des installations septiques pourra les conserver. « On s’est aperçus qu’on ne peut pas en demander beaucoup plus aux gens qui sont déjà sur le territoire », a expliqué le coordonnateur du dossier à la CMQ, François Morneau. « Mais s’il y a de nouveaux développements, on va exiger que les terrains soient plus grands. » Le plan exige en outre que les fosses septiques soient à une distance minimale de 120 mètres des lacs.

Selon Mme Daniele, les mesures touchant le reboisement devraient soulager un grand nombre de citoyens. « Ce qui faisait mal, c’était de reboiser lorsqu’on veut construire un cabanon ou une piscine et ça, c’est levé. La majorité des citoyens vont pouvoir profiter de cette bonification. »

Par contre, le plan présenté jeudi ne touche pas les zones les plus litigieuses et vulnérables du territoire, notamment dans les secteurs plus montagneux du territoire de la ville de Stoneham. Les municipalités de Stoneham et Lac-Beauport ont d’ailleurs lancé en juin des poursuites judiciaires contre la CMQ à ce propos.