Bientôt deux fois plus de places en stationnement incitatif à Québec

Rappelons que le gouvernement a écarté l’idée d’ajouter une voie réservée sur l'autoroute Laurentienne à la suite des critiques faites notamment par le maire Régis Labeaume voulant qu’un faible nombre d’autobus transitent par là.
Photo: Yan Doublet Le Devoir Rappelons que le gouvernement a écarté l’idée d’ajouter une voie réservée sur l'autoroute Laurentienne à la suite des critiques faites notamment par le maire Régis Labeaume voulant qu’un faible nombre d’autobus transitent par là.

Aux prises avec un problème de trafic croissant, la ville de Québec cherche à convaincre plus de résidents de la couronne de prendre le bus en leur offrant des stationnements incitatifs (ou Parc-O-Bus) entre leur résidence et leur travail. D’ici 2017, leur nombre passera d’un millier à un peu plus de 2000 sur le territoire.

« On veut offrir aux gens des options un petit peu plus intéressantes », a résumé mercredi le président du Réseau de transport de la capitale (RTC), Rémy Normand, lors de l’annonce. Pas moins de 62 % des utilisateurs du transport en commun à Québec utilisent aussi une voiture.

La ville a investi dans trois sites aux extrémités du territoire dans les arrondissements de Charlesbourg (Parc-O-Bus de la Faune), Beauport (Montmorency) et Sainte-Foy (Legendre). L’investissement qui était prévu au budget s’élève à 6,2 millions.

Les fonds ont été investis dans l’acquisition de terrains et de nouveaux aménagements tels des abris à vélo couverts et des bornes de recharge pour véhicules électriques. À Charlesbourg et Sainte-Foy, des automobilistes avaient déjà pris l’habitude de se stationner à proximité, mais sur des terrains privés dont le statut était flou et les places, limitées.

Deux autres projets

Le projet de Sainte-Foy doit être le premier à aboutir dès l’hiver prochain si tout va bien. La réalisation des deux autres est attendue à l’automne 2017. Dans le cas de Beauport, le RTC devra d’ici là ajouter des parcours de bus puisque le site n’est pas encore desservi. Ce Parc-O-Bus aura en outre l’avantage d’être connecté à une piste cyclable.

Selon M. Normand, au moins deux autres projets de Parc-O-Bus sont en préparation. En 2015, la ville s’était engagée à en aménager cinq.

Pour le groupe d’usagers, Accès Transports Viables, il s’agit d’une bonne nouvelle à plusieurs égards. Son directeur, Étienne Grandmond, craint par contre que l’ajout d’une voie sur l’autoroute Laurentienne annule l’impact positif des Parc-O-Bus sur le trafic. « Le gouvernement du Québec semble un peu déconnecté de ce qui se passe sur le terrain », déplore-t-il.

Rappelons que le gouvernement a écarté l’idée d’ajouter une voie réservée sur cette autoroute à la suite des critiques faites notamment par le maire Régis Labeaume voulant qu’un faible nombre d’autobus transitent par là.

Interrogé là-dessus, Rémy Normand a rappelé que le maire avait une « solution » à présenter et que des annonces se feraient « en temps et lieu ».

1 commentaire
  • Donald Bordeleau - Abonné 1 juillet 2016 08 h 30

    Inutile pour Québec.

    C'est la liberté pour chacun à prendre sa voiture. Le Gouvernement a trop à perdre pour les vote.