Le Centre Vidéotron est plus coûteux que prévu, déplore l’opposition à Québec

Les premiers mois d’existence du Centre Vidéotron de Québec ont été déficitaires. En vertu de l’entente avec Québecor, la Ville de Québec doit donc rembourser à l’entreprise la totalité du loyer qu’elle lui a imposé en 2015, soit 729 000 $.

« C’est un déficit d’opération qui est plus important que ce qu’on nous avait fait croire », a déploré Paul Shoiry, le chef de l’opposition de Démocratie Québec lundi.

L’opposition estime que c’est beaucoup dans la mesure où ce montant ne couvre que quatre mois alors que les scénarios présentés lors de la signature de l’entente avec Québecor prévoyaient des coûts des 600 000 $ sur toute l’année.

Aux yeux du maire Régis Labeaume, ce n’est pas un problème. « Il n’y a aucune surprise là-dedans », a-t-il dit en ajoutant « qu’on ne pouvait pas penser » qu’une entreprise serait rentable dès la première année. « C’est une compagnie en démarrage », dit-il.

Selon le maire, la Ville « n’est pas à risque » parce que la construction lui a coûté moins cher que prévu. Les 15 millions de dollars qu’elle a économisés, dit-il, lui permettent de réduire ses emprunts annuels de 1,5 million, ce qui lui assure un revenu annuel de 1 million de dollars par an. Et ce, même si elle doit se priver du loyer de QMI.

« Normal », selon Labeaume

Le contrat de 2011 stipule qu’en cas de déficit d’exploitation à l’amphithéâtre, la Ville doit assumer 50 % de la facture jusqu’à concurrence de 2,5 millions de dollars, montant du loyer annuel que lui paie l’entreprise pour le bâtiment. Pour les quatre premiers mois, cela équivaut à 729 000 $.

Le rapport financier de la Ville révèle en outre que cette dernière a récolté 330 000 $ grâce aux 4 $ qu’elle reçoit pour chaque billet vendu. En ajoutant les revenus de stationnement, les entrées s’élèvent à 366 000 $.

Il n’a toutefois pas été possible de savoir à combien s’élève le déficit du Centre Vidéotron, ces renseignements étant protégés par une nouvelle entente de confidentialité.

Avec une équipe de hockey, l’entente aurait été plus profitable pour la Ville. Mais cette dernière a accepté de concéder davantage dans le scénario « sans équipe » puisque le risque financier est plus important pour Québecor.

« Ce qui est un peu scandaleux », selon Paul Shoiry, c’est que « s’il y avait un profit, la Ville n’en bénéficierait pas. »

Or selon le maire, la ville n’aurait jamais été capable d’aller chercher « 33 millions cash » dans la négociation si elle ne s’était pas engagée à rembourser le loyer en cas de déficit.

À une journaliste qui lui demandait s’il était « inquiet » pour la rentabilité du centre, le maire a cherché à tempérer les soucis. « Une entreprise en démarrage, les 12 premiers mois qu’ils font pas de profit, moi, je trouve ça normal », a-t-il dit.

Quand on lui fait remarquer que le Centre Vidéotron a pourtant multiplié les succès de foule depuis septembre (Metallica, Pearl Jam, Justin Bieber, etc.), Régis Labeaume dit qu’il « pense » que Céline, « ça va remplir ». « De toute façon, c’est à eux autres à gérer ça. »


7 commentaires
  • Bernard Plante - Abonné 20 juin 2016 14 h 20

    Ce n'est qu'un début!

    Nous allons payer pour l'amphithéâtre pendant les 50 prochaines années alors commençons à nous y faire. Ce sera le legs de l'ère Labeaume, un éléphant blanc dont l'amphithéâtre possède d'ailleurs déjà l'allure et la couleur... Il ne lui manque que les déficits qui vont avec et l'image est complète.

  • Francois Cossette - Inscrit 20 juin 2016 15 h 23

    Se faire passé un sapin !!!!!

    Tres drole de constater ce qui etait evident. En premier lieu, la ligne nationale n'en veut pas d'equipe a quebec, donc, de ce cote la, les gens peuvent toujours rever... et en deuxieme lieu que cet emphitheatre serait un gros trou dans le porte feuille des gens de quebec, ca allait de soi. Alors de quoi peut-on se surprendre.

    Pour le reste bravo la transparence pour le maire de quebec qui fait tout son possible pour ne pas avoir l'air fou dans ce dossier. Je le rassure tout de suite, il n'a pas aussi l'air fou que ceux qui ont voté pour lui.

  • Pierre Desautels - Abonné 20 juin 2016 17 h 09

    Un legs multipartite.


    @Bernard Plante.

    Ce sera aussi le legs du PLQ de Jean Charest et du PQ de Pauline Marois et d'Agnès Maltais...

  • Colette Pagé - Abonnée 20 juin 2016 17 h 36

    Un éléphant blanc !

    Avec ou sans les Nordiques, il est raisonnable de penser que l'amphithéâtre sera un gouffre financier. Pourtant les décideurs politiques, par électoraliste et aveuglement volontaire, ont sauté dans le bateau. Il fallait comme le répète Elvis Gratton penser big alors que pour la ligue nationale Québec est un bien petit marché qui est loin de leurs préoccupations.

    • Christian Montmarquette - Abonné 20 juin 2016 20 h 33

      " Les décideurs politiques" -Claude Gélinas

      C'est extraodinaire comment vous parvenez dans ce cas précis à éviter de prononcer les noms des principaux concernés. Soit, ceux de Pauline Marois, Agnès Maltais et de Pierre Karl Péladeau, et bien évidemment, du Parti québécois et son aberrant projet de loi 204, que vous défendez sur toutes les tribunes.

      Amphithéâtre de Québec - Risque d'implosion au PQ - Le Devoir


      http://www.ledevoir.com/politique/quebec/324818/am

  • Gaston Bourdages - Abonné 21 juin 2016 05 h 24

    Si mémoire m'est fidèle, il s'agit bien...

    ... de cette bâtisse financée à même 400 millions de $$$ de NOS argents ? (Legs du PLQ de Jean Charest et du PQ de Pauline Marois et d'Agnès Maltais - Cf. Monsieur Pierre Desautels, ci-haut) ?
    Pire encore, les contribuables rembourseront tout déficit jusqu'à la hauteur de 2.5 millions sans pouvoir prétendre à aucun argent en cas de profit !
    C'est, sans aucun doute légal puisque «ça» été signé....(sic!)
    Et la moralité, là-dedans ?
    Qu'est-ce que la moralité vient faire «là-dedans» ?
    Il existe une expression quasi vulgaire qui dit «Ah! Les coch..., payeurs de taxes!»
    Et si nous étions dans cette catégorie de «vraies affaires» ?
    Gaston Bourdages,
    Saint-Mathieu-de-Rioux, Qc.