«Tout le monde souhaite le retour de Sam Hamad», selon Labeaume

Interrogé sur les soupçons de manquements à l’éthique qui pèsent sur Sam Hamad, Régis Labeaume a rétorqué que ça ne le regarde pas.
Photo: Yan Doublet Archives Le Devoir Interrogé sur les soupçons de manquements à l’éthique qui pèsent sur Sam Hamad, Régis Labeaume a rétorqué que ça ne le regarde pas.

Le maire de Québec Régis Labeaume espère le retour de Sam Hamad comme ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et affirme que ce souhait est partagé par « les leaders de Québec ».

« Les leaders de Québec avec qui je parle sont unanimes là-dessus. On souhaite tous que Sam redevienne ministre », a déclaré le maire de Québec mardi en marge d’une annonce sur la Bibliothèque Gabrielle-Roy.

Le maire répondait à une journaliste qui l’interrogeait sur les critiques du Parti Québécois concernant le travail du successeur de Sam Hamad, François Blais.

« Ça n’a rien à voir avec le travail de François. Je pense qu’il travaille très bien. Mais moi je parle aux leaders de Québec dans tous les domaines et je pense que tout le monde souhaite le retour de Sam Hamad. »

Interrogé sur les soupçons de manquements à l’éthique qui pèsent toujours sur M. Hamad, le maire rétorque que ça ne le regarde pas.

« Oui, mais ça, c’est très égoïste pour nous autres. Le reste, je ne veux pas m’en mêler. Le premier ministre saura quoi faire mais nous autres, c’est un sentiment très, très égoïste. Très "ville de Québec". Très "région de Québec". Je ne veux pas m’impliquer dans le reste du dossier. »

M. Hamad, plaide-t-il, « est un gars qui a beaucoup de kilométrage dans le corps », « a beaucoup d’expérience » et est « un gars de terrain ». « C’est un ministre de plus pour la région de Québec ce qui est très important », a-t-il ajouté.

22 commentaires
  • Robert Chénier - Abonné 14 juin 2016 12 h 12

    Sam le ministre

    Le maire Labeaume me rappelle tristement un autre maire que les Montréalais se sont donnés et qui ne voulait rien voir ni entendre.
    Je comprends toutefois ce petit maire de souhaiter le retour de Sam. Son bon ami Sam qui est très avenant et compréhensif. Celui qui fait augmenter par la magie les subventions à ses copains. C'est minable comme commentaire de la part d'un élu.

    • Patrick Daganaud - Abonné 14 juin 2016 19 h 43

      « Le maire de Québec Régis Labeaume espère le retour de Sam Hamad comme ministre responsable de la région de la Capitale-Nationale et affirme que ce souhait est partagé par « les leaders de Québec ».

      La probité d'Hamad pointe vers le zéro absolu.

      Ce que le petit maire Labeaume expose du fait même est l'état de sa propre probité et, du même coup, les critères qui, selon lui, fondent le leadership des « leaders de Québec ». Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça ne vole pas haut.

      Il n'en faudrait pas beaucoup plus pour que de mauvaises langues parlent d'association de malfaiteurs.
      Ce serait peut-être un peu osé (?), « association de malfaisants » pourrait satisfaire, en attendant de vraies sentences de vrais commissaires à l'éthique.

    • Donald Bordeleau - Abonné 14 juin 2016 23 h 16

      S'il revient en poste c'est une façon de faire du PLQ que même la magouille et le mensonge n'ont aucune importance pour la suite des choses pour Hamad, Daoust et Dominique Savoie.

      Très triste la gestion des ressources humaines aux emplois supérieurs par le Conseil Exécutif gérer par Juan Roberto Iglesias.

      Il avait des informations privilégiées sur les subventions et avait aussi la possibilité de faire augmenter les dites subventions pour les contrats de Roche dans les municipalités au Conseil du Trésor. Pl us de 15 millions ont transité dans les mains de Monsieur Hamad durant sa présence au gouvernement et Roche en à bien profiter.
      Roche pour le financement était les KING pour le PLQ.



      L'UPAC a tous les enregistrements des contacts téléphoniques de Monsieur Côté et de Monsieur Hamad.

      Les faits allégués aujourd'hui sont connus depuis 2014 à la CEIC de Madame Charbonneau.

      Cela était connu depuis ce temps là. Il est impossible que l'UPAC n'est pas poussé plus loin ses enquêtes des malversations des ministres du PLQ de 2003 à 2012 et aussi de 2014 à 2016.

      De plus à la course à l'élection de Couillard au parti Libéral, c'est justement Monsieur Hamad qui était responsable du financement de la campagne à la direction du PLQ.

      http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2016/

  • André Tremblay - Abonné 14 juin 2016 12 h 16

    Tout le monde...

    Ce Labeaume a le don de promouvoir indirectement ses causes égocentriques. Ça me rappelle mes filles quand elles étaient adolescentes et qu'elles avaient comme argument ce "tout le monde" quand elles voulaient quelque chose. En passant, il aime bien Hamad parce que c'est un "béni oui-oui".

  • Pierre Fortin - Abonné 14 juin 2016 12 h 38

    Ça ne me regarde pas mais j'en parlerai quand même


    « Interrogé sur les soupçons de manquements à l’éthique qui pèsent toujours sur M. Hamad, le maire rétorque que ça ne le regarde pas. »

    Ça ne le regarde pas, mais fidèle à lui-même, le maire ne se gêne pas pour foncer tête baissée dans ce débat qui trouble bien assez les consciences de tous ceux qui rejettent les accointances politiques plus que douteuses.

    M. Hamad récolte ce qu'il a semé et, que ça plaise ou non aux affairistes, la droiture et la probité ont encore leurs exigences aux yeux des Québécois qui jugeront eux-mêmes de la pertinence de son retour.

    Le maire Labeaume doit apprendre à écouter ses citoyens qui l'ont élu pour les représenter et non pour qu'il leur dise ce qu'ils doivent faire.

  • Simon Pelchat - Abonné 14 juin 2016 12 h 40

    Désolé M. le Maire

    M. Labeaume, je suis un vos concitoyens mais je ne fais pas partie des leaders du Québec comme vous dites. Je ne partage aucunement vos désirs et je crois comme citoyen ordinaire que M. Hamad doit non seulement ne pas revenir avec des responsabilités ministérielles, mais doit démissionner comme député. Je n'ai plus confiance à sa parole et ses accointances avec les magouilleurs du parti libéral sont pour moi un fait notoire depuis belle lurette. De plus, si le commissaire à l'éthique avait eu de l'éthique et un soupçon de courage, il aurait été au bout de son blâme.

    • - Inscrit 14 juin 2016 15 h 14

      M. Pelchat, bravo, vous sauvez l'honneur de vos concitoyens. Ce que vous devez souffrir de vivre dans ce milieu !

    • Stéphane Laporte - Abonné 16 juin 2016 02 h 30

      Moi j'habite à Québec et je suis un leader. Pas entrepreneur, je n’ai pas de millions à ma disposition, je ne suis pas un grand organisateur culturel ou sportif, je ne suis pas un politicien important, rien de tout ce que "mon" maire considère comme leader du Québec. Je suis tout de même un leader parce que moi je pense.

  • - Inscrit 14 juin 2016 12 h 57

    Oui, tout le monde comprend maintenant.

    "Très "ville de Québec". Très "région de Québec"." -Labaume

    • Claude Bariteau - Abonné 14 juin 2016 21 h 21

      Quand des mains sales te manquent, c'est que les tiennes ne le sont peut-être.