De la densification aux problèmes d’égouts

Jean-Pierre Gendreau-Hétu et sa conjointe, Marie-Hélène Côté, devant la bouche d’égout privée et leur maison, dans le quartier Sainte-Foy–Sillery, à Québec
Photo: Francis Vachon Le Devoir Jean-Pierre Gendreau-Hétu et sa conjointe, Marie-Hélène Côté, devant la bouche d’égout privée et leur maison, dans le quartier Sainte-Foy–Sillery, à Québec

Dans l’arrondissement de Sainte-Foy–Sillery à Québec, la construction d’une résidence risque de priver trois voisins de leur accès au réseau d’égouts. L’un d’eux y voit une conséquence extrême de la densification.

« La procédure pour la densification n’est pas au point et ça nous cause des problèmes », résume Jean-Pierre Gendreau-Hétu, propriétaire d’une résidence sur le chemin Saint-Louis, dans l’ancienne ville de Sillery. Il raconte qu’il y a quelques jours, ses nouveaux voisins, Jean Brouillard et Marick Brisson, l’ont avisé qu’ils s’apprêtaient à condamner la conduite d’égouts sur leur terrain pour y construire un jumelé.

Or, ladite conduite, une conduite privée, était utilisée par M. Gendreau-Hétu et deux voisins immédiats, dont une clinique dentaire.

Dans le passé, le terrain de M. Brouillard et Mme Brisson ainsi que celui de M. Gendreau-Hétu se trouvaient sur le même lot. Une piscine occupait l’espace destiné au jumelé, mais le propriétaire de l’époque l’a détruite et a divisé son lot en deux avant de vendre les deux terrains.

M. Gendreau-Hétu est en colère contre la Ville de Québec et montre du doigt son attitude en matière de densification. « La Ville se préoccupe de beaucoup de choses lorsqu’il yaune nouvelle construction : sielle est conforme, si elle est raccordée aux égouts… Bizarrement, quand il s’agit de subdiviserles terrains et de densifier, elle n’a pas les mêmes préoccupations », dénonce-t-il.

Jointe brièvement au téléphone jeudi, la voisine, Mme Brisson, semblait elle aussi dépassée par les événements. « On est dans une impasse, on ne comprend rien là-dedans. »

La Ville se dit non responsable

À la Ville de Québec, on se dégage de toute responsabilité. « La Ville peut seulement intervenir en fonction de son champ de compétence », explique le porte-parole Sylvain Gagné, en rappelant que la conduite en cause est privée.

Malgré tout, la Ville participe à la recherche d’une solution, signale-t-il. « La Ville est au courant de la situation. On est en train de travailler sur des solutions. »

Advenant la condamnation de la conduite, les trois voisins touchés pourraient demander d’être raccordés au réseau public municipal. Toutefois, ils devraient financer une partie des travaux. Ironiquement, la Ville a réalisé des travaux d’infrastructures importants l’été dernier sur la rue James-Lemoine, juste à côté.

Interpellé à ce sujet, le chef de l’opposition et conseiller du district, Paul Shoiry, n’a pas voulu prendre position vendredi. Il n’était pas encore en mesure de dire s’il s’agissait à ses yeux d’un enjeu de densification.