Labeaume dit avoir réalisé ses principaux engagements

Le document d’Équipe Labeaume évoque la livraison de l’amphithéâtre sans anicroche.
Photo: Francis Vachon Le Devoir Le document d’Équipe Labeaume évoque la livraison de l’amphithéâtre sans anicroche.

Deux ans après sa réélection, le maire de Québec, Régis Labeaume, souligne qu’il a réalisé ses principaux engagements en réduisant le poids des régimes de retraite municipaux tout en livrant l’amphithéâtre « dans les temps » et « sous les coûts initialement prévus ».

« Dès 2012, le maire a été le premier à sonner l’alarme au Québec et nous étions seuls à débattre bec et ongles le dossier des fonds de pension », plaide son équipe dans un document de trois pages remis aux médias pendant la séance du conseil municipal lundi soir.

Tout en rappelant l’adoption par le gouvernement du projet de loi 15 sur les régimes de retraite municipaux, on ajoute que « tous les grands groupes d’employés » ont désormais une convention collective signée. « C’est une première à Québec et soulignons qu’ils ont tous accepté des compromis dans le dossier. Il reste un dossier à régler : le régime de retraite des élus municipaux, et nous ne lâcherons pas le morceau. »

En fait, la Ville de Québec réclame depuis des années que les élus municipaux contribuent davantage à leur régime de retraite. Or, la décision relève du ministre des Affaires municipales.

Le document d’Équipe Labeaume évoque ensuite la livraison de l’amphithéâtre sans anicroche et l’intention de diminuer la dette à partir de 2017. On mentionne ensuite notamment le programme Accès Familles et les réalisations par arrondissement.

Reports et hésitations, juge l’opposition

Du côté de l’opposition, on met plutôt l’accent sur les hésitations de l’équipe au pouvoir dans d’autres dossiers. « Le maire a reporté beaucoup de décisions, beaucoup de projets dans la dernière année », avance le chef Paul Shoiry. « Il y a beaucoup d’annonces, mais peu de gestes concrets », dit-il.

Il cite en exemple le plan d’action sur l’état du lac Saint-Charles, le report de la construction du centre de biométhanisation, le peu d’avancement dans le dossier des écoquartiers et le peu de suites données au plan directeur du réseau cyclable.

M. Shoiry a par ailleurs réitéré son intention de quitter son poste de chef avant les prochaines élections. Démocratie Québec doit se lancer dans une course à la chefferie en 2016.