Un candidat libéral veut sauver l’église Saint-Jean-Baptiste

L’immense église, qui domine le quartier du faubourg Saint-Jean-Baptiste à Québec, a fermé ses portes en mai.
Photo: Francis Vachon Le Devoir L’immense église, qui domine le quartier du faubourg Saint-Jean-Baptiste à Québec, a fermé ses portes en mai.

Le gouvernement fédéral devrait participer financièrement au projet de sauvegarde de l’église Saint-Jean-Baptiste, selon le candidat libéral dans la circonscription de Québec, Jean-Yves Duclos.

« On peut aider », a déclaré le candidat lors d’un entretien avec Le Devoir jeudi. « Cette église-là doit absolument être préservée. C’est un devoir et une responsabilité. » Selon M. Duclos, le projetvisant à donner une nouvelle vie à l’église pourrait être financé par l’entremise du programme d’infrastructures sociales du gouvernement fédéral.

L’immense église qui domine le quartier du faubourg Saint-Jean-Baptiste a fermé ses portes en mai parce que la fabrique n’avait plus les moyens financiers de l’entretenir. Construite dans les années 1880, elle appartient à la catégorie « incontournable » parmi les bâtiments patrimoniaux classés au Québec.

Elle nécessite des travaux de 10 millions de dollars et l’entretien de base du bâtiment coûte 150 000 $ par an. Étant donné qu’il s’agit d’un monument historique classé, les travaux peuvent être financés par le ministère de la Culture jusqu’à 80 %.

En entrevue, M. Duclos a insisté sur le fait que le fédéral n’entendait pas imposer ses vues dans ce dossier. « On veut le faire de façon collaborative. Le fédéral n’arrivera pas en disant : Voici ce qu’on va faire. »

Pendant ce temps, le projet de transformer l’église en chantier-école pour jeunes artisans gagne des appuis. Lundi, le maire Régis Labeaume a vanté les mérites de ce projet. « Les métiers pour remettre à niveau des constructions patrimoniales, c’est important parce qu’il y en a beaucoup au Québec. […] Moi, j’y crois profondément. »