Saint-Roch aura de nouveaux médecins

La clinique SABSA répond présentement aux besoins des habitants de la basse-ville de Québec.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir La clinique SABSA répond présentement aux besoins des habitants de la basse-ville de Québec.

La clinique réseau Saint-Vallier qui suscitait beaucoup d’inquiétudes dans la basse-ville de Québec va finalement survivre. Elle sera toutefois gérée par une toute nouvelle équipe.

Auparavant, la clinique était située sur la rue Montmagny dans le quartier Saint-Sauveur. Elle rouvrira ses portes le 4 mai à l’autre extrémité de la basse-ville, à l’angle du Boulevard Charest et de Jean-Lesage dans le complexe Les Façades de la Gare.

La clinique portera le nom de clinique réseau La Cité-Limoilou et continuera d’offrir des services sans rendez-vous notamment aux gens qui n’ont pas de médecin de famille. Elle sera affiliée à un nouveau groupe de médecine familiale (GMF) dirigé par le Dr Philippe Girard.

« C’est une très bonne nouvelle », a commenté Josée Martel, cadre supérieure au Centre de services sociaux (CSSS) de la capitale. « Ce sont des nouveaux médecins qui s’installent dans le secteur. »

Le sort de la clinique Saint-Vallier a suscité beaucoup d’inquiétudes ces derniers mois. Elle s’exposait à une fermeture imminente notamment en raison d’un manque de médecins. Or, la population du quartier où elle se trouvait, Saint-Sauveur est déjà vulnérable et mal desservie en services de santé. Certains craignaient d’ailleurs qu’on la déplace ailleurs et que cela rende l’accès aux soins difficile pour plusieurs patients.

De fait, la nouvelle clinique s’installe loin à l’extérieur du quartier Saint-Sauveur, à l’autre extrémité de la basse-ville vers l’est. Mais au CSSS, on souligne qu’elle est au maximum à 3,3 kilomètres de distance du quartier. On se réjouit en outre de l’emplacement, qui permettra de rejoindre des patients du secteur Limoilou et se trouve à un carrefour de transports en commun.

Le choix de l’emplacement incombe au groupe de médecins. Ces derniers se sont manifestés après que l’agence de santé ait lancé en novembre un appel à de nouveaux projets. Selon Mme Martel, le CSSS est toujours ouvert à de nouvelles propositions. « Il reste de la place pour d’autres projets dans le secteur », a-t-elle dit. « C’est sûr que s’il y avait deux ou trois cliniques [qui s’étaient manifestées], on en aurait pris beaucoup. »

Sort inconnu

Auparavant, la clinique Saint-Vallier était affiliée à un autre GMF de Saint-Sauveur dirigé par le Dr André Fréchette. Ce GMF a perdu plusieurs médecins ces derniers mois et n’est plus responsable de la clinique réseau depuis juin.

Récemment, une infirmière praticienne de ce GMF, Christine Laliberté a proposé au gouvernement de relancer la clinique en testant un nouveau modèle donnant plus de place aux infirmières, la Clinique Archimède. Appuyé notamment par le Dr Fréchette, ce projet est parrainé par la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ). Au CSSS, on ignorait jeudi où en était ce projet et l’impact possible de la nouvelle clinique sur son avenir.

D’autres initiatives ont déjà pris forme ces dernières années pour répondre aux besoins de la basse-ville en santé. C’est le cas de la clinique SABSA, une coopérative gérée exclusivement par des infirmières qui a ouvert ses portes à l’automne. Le Dr Maxime Amar a aussi mis sur pied la clinique itinérante SPOT qui vient en aide aux marginaux.

1 commentaire
  • David Huggins Daines - Abonné 10 avril 2015 12 h 06

    Pendant ce temps-là, à Montréal, à Gatineau, en Montérégie...

    On est plusieurs centaines de milliers sans médecins de famille et sans espoir d'en trouver, avec très peu d'interêt de la part du gouvernement out des médias. Les GMF c'est une farce, une insulte, ils sont tous fermés depuis le début.

    Est-ce qu'il faut déménager à Québec pour être suivi par un médecin?