Manifestation du 26 mars: il y aura enquête

Une étudiante a été blessée au visage lors de la manifestation du 26 mars devant l’Assemblée nationale à Québec.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Une étudiante a été blessée au visage lors de la manifestation du 26 mars devant l’Assemblée nationale à Québec.

Le Commissaire à la déontologie policière a ordonné mardi la tenue d’une enquête sur le comportement du policier qui a blessé une étudiante au visage lors de la manifestation du 26 mars devant l’Assemblée nationale à Québec.

L’enquêteur désigné par le Commissaire aura six mois pour remettre son rapport. Cet enquêteur fait partie du personnel du bureau du Commissaire et n’appartient à aucun corps policier, a indiqué Me Louise Letarte, du bureau du Commissaire.

Le Commissaire a ordonné l’enquête parce qu’il jugeait l’enjeu « d’intérêt public », a-t-elle expliqué. Le bureau avait auparavant reçu six plaintes dans cette affaire.

L’annonce de l’enquête a été faite par communiqué en après-midi. À peu près au même moment, on apprenait que le policier en cause avait été placé en congé de maladie par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Or, la veille, le SPVQ avait indiqué au Devoir que ça n’avait pas été jugé nécessaire jusque-là.

On ne sait donc pas si le congé du policier découle ou non de l’enquête en déontologie. Selon Me Letarte, cela n’est pas automatique lorsqu’il y a enquête, et la décision relève du service de police.

L’avocat de l’étudiante en question, Marc Lemaire, a par ailleurs signalé à Radio-Canada mardi qu’une mise en demeure serait déposée contre la Ville de Québec.

2 commentaires
  • Pierre Valois - Abonné 1 avril 2015 08 h 38

    Intoxication volontaire et maladie

    Étonnant tout de même la conduite de nos institutions. Dans un procès, une personne qui s'intoxique volontairement n'a pas le droit de présenter comme défense sa propre inconduite.

    Dans le domaine policier, une bavure commise par un policier lui ouvre le droit à l'absence pour congé de maladie. Malade de quoi, au juste...

    Pamela Pawlin devrait invoquer la même chose pour faire lever sa suspension comme sénatrice: plaider la maladie que lui a causé sa propre inconduite.

  • Pierre M de Ruelle - Inscrit 1 avril 2015 09 h 54

    Enfin!

    Cela va certainement mettre en perspective , et resoudre un probleme qui a l'heure actuelle est recupere par toutes les parties. J'ai confiance en notre systeme de justice.