La Ville de Québec recrute à la CRE

Photo: iStock

La Ville de Québec a recruté trois employés de la Conférence régionale des élus (CRE) qui vient d’être abolie. Ces derniers travailleront au nouveau service créé à la Ville de Québec pour remplacer un autre organisme disparu, le Centre local de développement (CLD).

La Ville a mis de côté 200 000 $ pour payer ces employés, dont deux travailleront à temps partiel et un à temps plein. Alors que la CRE a été abolie par le gouvernement dans le dernier pacte fiscal, les services du CLD sont rapatriés à la Ville de Québec au sein du Service du développement économique.

La Ville ne sait pas encore quelle forme cela prendra. Elle a donc créé en attendant une « escouade » pour maintenir les services aux entreprises qu’offrait le CLD. Environ 1200 dossiers d’entreprises étaient à l’étude quand le gouvernement a annoncé ses coupes à la fin de l’année. Ladite escouade est mise sur pied pour une période de 18 mois en attendant que la Ville complète sa « réflexion stratégique », révèlent des documents approuvés mercredi au comité exécutif de la Ville.

Besoins spécifiques

Mais pourquoi ne pas plutôt recruter des anciens du CLD puisqu’il s’agit de maintenir les services du CLD ? « Les trois ressources qui vont être prêtées sont spécialisées dans la préparation d’ententes de partenariat et de gestion avec des organismes, et c’est de ces ressources spécifiques que la Ville a besoin pour le mandat », a répondu le porte-parole de la ville David O’Brien.

Les trois personnes qui seront « prêtées » par la CRE sont l’actuel directeur général, Mario Leblanc, ainsi que le coordonnateur aux investissements, François Allaire, et un chargé de projet, Pierre Yves Vachon. Deux d’entre eux travailleront à mi-temps puisque la CRE ne ferme les livres que le 31 mars 2016. Elle comptait au total 24 employés.

Joint au téléphone, M. Leblanc a dit que ces embauches « confirmaient que c’est plus la structure [de la CRE] qu’on remettait en question que les personnes qui y travaillent ».