Huis clos pour la rencontre entre Québecor et les diffuseurs

Le responsable de la programmation de l'amphithéâtre pour Québecor, Benoît Robert, doit rencontrer le milieu culturel de la capitale lundi après-midi.
Photo: Courtoisie Le responsable de la programmation de l'amphithéâtre pour Québecor, Benoît Robert, doit rencontrer le milieu culturel de la capitale lundi après-midi.
La rencontre tant attendue entre les diffuseurs de Québec et Québecor sur l'amphithéâtre se tiendra finalement à huis-clos à l'évènement Vision Culture. La demande est venue des petits diffuseurs qui veulent pouvoir poser des questions à coeur ouvert au géant du divertissement.
 

«Les gens ont présumé qu'il y avait plus de chances que les affaires puissent se dire», a expliqué Marc Gourdeau du Conseil de la culture. «On avait peur que des gens se censurent et que certaines choses ne se disent pas.»

Le responsable de la programmation de l'amphithéâtre pour Québecor, Benoît Robert, doit rencontrer le milieu culturel de la capitale lundi après-midi dans le cadre de l'évènement Vision Culture organisé par la ville. L'entrée en scène du gestionnaire, dans un an, suscite des inquiétudes chez les autres diffuseurs de la capitale qui craignent de vendre moins de billets de spectacles.

On estime que Québecor mettra en circulation entre 300 000 et 600 000 billets de plus la première année, explique Marc Gourdeau. Or «l'équilibre entre l'offre et la demande est déjà fragile», note-t-il. «Même s'il ne programme pas les même affaires que les autres, le "dollar spectacle"» n'est pas extensible à l'infini.

Or plutôt que de sombrer dans le défaitisme, M. Gourdeau et les autres cherchent maintenant à identifier des pistes de collaboration. Le président du Conseil de la culture va notamment demander qu'on crée un «processus d'échanges formel et continu» entre le gestionnaire de l'amphithéâtre et le milieu culturel qui existe déjà à Québec.