L’amphithéâtre sans la LNH inquiète

L'amphithéâtre de Québec en construction
Photo: Renaud Philippe Le Devoir L'amphithéâtre de Québec en construction

À un an de l’ouverture de l’amphithéâtre de Québec, l’absence d’équipe de hockey suscite des inquiétudes même chez les plus fiers partisans du projet.

 

« C’est normal que les gens se posent des questions. Qu’est-ce qui va arriver si les Nordiques ne jouent pas dans l’amphithéâtre ? », a lancé mardi matin le président de la Nordiques Nation, Jérôme Landry, pendant son émission à Radio X.

 

Le populaire animateur de radio est de ceux qui ont poussé le maire de Québec, Régis Labeaume, à faire du retour des Nordiques une priorité après son élection. À l’époque, Radio X et le FM 93 avaient beaucoup mobilisé la population derrière le maire dans sa démarche pour financer le nouvel amphithéâtre.

 

Or, les plus récentes données d’assistance dans le vieux Colisée font craindre à M. Landry que l’amphithéâtre ne soit pas rentable sans équipe. « C’est un building de hockey. Ça a été fait pour la Ligue nationale et c’est juste ça qui va faire que ça va virer dans le sens du monde », a-t-il lancé, piquant au vif son coanimateur, Denis Gravel. « Mais pourquoi vous nous avez pas dit ça avant ? […] Vous nous dites ça là… il est en train de se bâtir l’amphithéâtre ! »

 

La veille, M. Landry avait exprimé ses inquiétudes dans une chronique dans Le Journal de Québec. Interrogé à ce propos lundi, le maire a déclaré au Journal qu’il s’en foutait des « arguments sur l’éléphant blanc ». Comparant les commentateurs à des « placoteux », il a invité les gens à davantage d’optimisme. « Nous autres, on s’en va par en avant. »


Plan B  

L’entente conclue en 2011 entre la Ville et Québecor comptait deux scénarios : un « avec équipe » et l’autre sans. Sans équipe, la Ville récolte 33 millions pour les droits d’identification (au lieu de 63 millions) et le bail est de 3,15 millions au lieu de 5 millions. Elle reçoit une plus grosse part des bénéfices (15 % au lieu de 10 %), mais elle doit assumer 50 % des pertes s’il y en a jusqu’à concurrence du loyer.

 

Chez Québecor, on assure que les projets ne manquent pas. « Il y a toujours été clair qu’il y avait deux hypothèses d’exploitation de l’amphithéâtre, explique le porte-parole Martin Tremblay. Peu importe le scénario qui va se réaliser, nous on est là pour les 25 prochaines années. Et en tous les cas, on est convaincus d’offrir une programmation de grande qualité. »

13 commentaires
  • Bernard Plante - Abonné 10 septembre 2014 08 h 14

    Que la lumière soit!

    Incroyable! Les animateurs de Radio X et du FM 93 viennent de réaliser que l'amphithéatre pourrait être un éléphant blanc!

    C'est pourtant exactement ce que MM. Denis de Belleval et Alain Miville-Dechêne se sont évertués à dire durant des mois... pendant que les Radio X les accusaient de tous les noms! Ils ne faisaient pourtant que dire ce que ces mêmes personnes commencent aujourd'hui seulement à constater.

    Cette situation illustre à merveille la dynamique dans laquelle évolue aujourd'hui la ville de Québec. Ceux qui crient le plus fort (les radios poubelles) influencent aisément un maire qui mange dans leurs mains pour garantir ses votes, prenant ainsi des décisions populistes qui finiront par nous coûter la peau des fesses.

    «On s'en va par en avant» dit le maire. Mais si par avant il y a un mur, ne serait-il pas préférable de freiner?

    Oups, trop tard!

    Pathétique.

    • Yvan Dutil - Inscrit 10 septembre 2014 08 h 43

      C'est ce qui arrive quand on confond «appel au peuple» et démocratie.

      Ce bâtiment sera un bel leçon.

  • François Dugal - Inscrit 10 septembre 2014 08 h 24

    Les normes de la "NHL"

    Selon les normes de la "NHL", Québec n'est pas une ville; elle ne peut donc pas accueillir une équipe de la prestigieuse ligue.

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 10 septembre 2014 08 h 44

    Même avec une équipe

    L'agglomération de Québec n'a pas les moyens de faire vivre une équipe de hockey professionnelle. Le plafond salarial de la LNH est relevé de quelques millions à chaque année, ce qui condamnera les «petits marchés» à disparaître un jour ou l'autre.

    Desrosiers
    Val David

  • Colette Pagé - Inscrite 10 septembre 2014 09 h 05

    L'éléphant blanc du maire Labaume.

    Un maire démagogue à la tête d'un éléphant blanc. Voilà le scénario plausible du futur de l'amphithéâtre de Québec qui a englouti des sommes colossales provenant de l'argent des contribuables. Et tout ça pour faire compétion avec la métropole alors que la population n'est pas au rendez-vous. À l'évidence une étude objective coûts-bénéfices aurait démontré qu'aucun homme d'affaires sérieux n'aurait financé par de l'argent privé cet amphithéâtre. Bien évidemment, si la tendance se maintient le maire Labaume pourrait payer le prix de ce projet chimérique.

  • André Michaud - Inscrit 10 septembre 2014 10 h 24

    Je doute aussi

    Même si je suis un supporteur de M.Labeaume, j' ai toujours douté du retour de la LNH . Les billets coûtent une fortune , donc abordables qu'aux plus riches..et le hockey n'est plus aussi populaire...

    Cependant Québécor devrait utiliser au maximum l'amphithéatre multi fonctionnel, c'est la partie qui me rassure.

    • Gilles Parent - Inscrit 11 septembre 2014 08 h 31

      @André Michaud
      Mais les billets pour des spectacles ne seront pas moins chers ! Le problème est largement dû au fait que la masse critique, la quantité de population de cette ville, ne suffit pas à alimenter l'ogre qu'est devenu un club de hockey de la LNH. Cet ogre bouffe une nourriture très coûteuse, des billets de hockey ou de spectacles rock, et il bouffe à un rythme incessant, sans retenue, il est insatiable. Vraiment, il faut que les radios-poubelles qu'écoutent les citoyens de cette ville exercent une influence considérable sur eux. Ne sont-elles pas, d'ailleurs celles qui sont les plus écoutées ?!!! Pourtant, heureusement, ces radios poubelles ne parviennent pas à s'implanter ailleurs que dans la Capitale.