L’amphithéâtre ne menace personne, selon le maire de Québec

« Le Festival d’été, c’est tellement démocratique, populaire, ça appartient à la population [...] il ne doit y avoir aucune conséquence négative sur le Festival par suite de l’arrivée de Québecor », explique le maire Labeaume.
Photo: Festival d’été de Québec « Le Festival d’été, c’est tellement démocratique, populaire, ça appartient à la population [...] il ne doit y avoir aucune conséquence négative sur le Festival par suite de l’arrivée de Québecor », explique le maire Labeaume.

Le maire de Québec, Régis Labeaume, assure que l’entrée en scène de l’amphithéâtre ne nuira pas aux autres salles de spectacles de la capitale et qu’il faut voir les choses autrement.

 

« Il sera un gros joueur, c’est évident, mais il n’est pas là pour diminuer les affaires des autres, a-t-il expliqué vendredi. Il ne faut pas le voir comme ça. »

 

Certains craignent que, avec l’amphithéâtre, ses grands spectacles et éventuellement ses parties de hockey, les gens de Québec ne dépensent moins ailleurs, notamment en culture.

 

Or, selon M. Labeaume, la présence de Québecor aura plutôt un effet de levier en attirant à Québec de nouveaux publics, notamment en provenance des régions. « La pire façon de le voir, c’est de penser que ça va enlever quelque chose à quelqu’un. Bien au contraire, ça prend une masse critique pour faire déplacer des gens vers Québec. »

 

Interrogé sur le coût élevé des billets de hockey et la possibilité que les gens coupent ailleurs, il cite en exemple le départ desNordiques en 1995. « Le dollar hockey, le dollar Nordiques a-t-il été investi dans la culture ? Moi, ma réponse, c’est : je pense que non. »

 

Selon le président du Conseil de la culture, Marc Gourdeau, qui gère lui-même une petite salle de spectacles, cela a eu à l’époque un « certain impact » sur « de gros joueurs » qui auraient alors vendu plus d’abonnements d’entreprise. Mais sans plus. Vérification faite : aucune étude n’a été réalisée à l’époque pour documenter cette question.

 

Québecor cherche à dissiper les craintes

 

Par ailleurs, M. Labeaume a fait savoir que le gestionnaire de l’amphithéâtre, Aldo Giampaolo, rencontre justement le milieu culturel de Québec pour dissiper les craintes. « On en a longuement discuté avec les gens du Festival d’été. Aldo sait que le Festival d’été, c’est tellement démocratique, populaire, ça appartient à la population, qu’il ne doit y avoir aucune conséquence négative sur le Festival par suite de l’arrivée de Québecor. »

 

Les gens de Québecor doivent d’ailleurs participer au « Dialogue » avec le milieu qu’organisera la Ville à l’automne pour mettre à jour sa politique culturelle.

 

Interrogé sur les inquiétudes suscitées par l’arrivée de l’amphithéâtre, le président du Conseil de la culture a relativisé, vendredi. « C’est clair qu’il y a certains joueurs qui démontrent une certaine inquiétude parce que le dollar loisir, il est ce qu’il est et il n’a pas tendance à grandir », a-t-il dit, avant d’ajouter que la rencontre de l’automne allait permettre de voir quelles sont les occasions pour tout le milieu.

 

M. Gourdeau a en outre signalé que le projet de Diamant de Robert Lepage suscitait, lui aussi, des inquiétudes dans le milieu duthéâtre, mais que l’entrée en scène de nouveaux joueurs était « une variable parmi tant d’autres » dans « la grande équation de la fréquentation culturelle ».

 

Au-delà des ventes de billets en tant que telles, M. Gourdeau se préoccupe davantage de la disponibilité future du financement privé. « Là où il y aura du travail à faire, c’est par rapport au financement privé », a-t-il dit. L’amphithéâtre, qui sera géré par Québecor, doit ouvrir ses portes à l’automne 2015.

2 commentaires
  • Leclerc Éric - Inscrit 7 juin 2014 11 h 11

    Aucune salle de spectacles n'est menacée

    L'amphithéâtre sera un tremplin pour la présentation de spectacles intérieurs à très grands déploiements justement parce que l'ancien Colisée est devenu beaucoup trop désuet.

    Aucun risque pour la Salle Albert-Rousseau, le Grand Théâtre, le Palais Montcalm ou le Capitole.

    Montréal a "son" Centre Bell et Québec aura "son" Amphithéâtre.

    Par ailleurs, rien n'empêchera l'OSQ de se produire à l'Amphithéâtre si son chef le désire, imaginez un instant un concert dans une méga salle de spectacles avec un aménagement sonore de très haute qualité...

  • Colette Pagé - Inscrite 7 juin 2014 12 h 20

    Personne hormis les contribuables de Québec.

    Sauf les contribuables de Québec, l'amphithéâtre de Québec ne menace personne.