Mafia: Régis Labeaume dit fonder ses accusations sur des sources fiables

Le groupe inconnu qui a acheté Le Concorde des mains d’Eddy Savoie a démenti les accusations du maire de Québec, Régis Labeaume.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jacques Boissinot Le groupe inconnu qui a acheté Le Concorde des mains d’Eddy Savoie a démenti les accusations du maire de Québec, Régis Labeaume.
Québec — Le maire de Québec, Régis Labeaume, affirme que deux sources fiables qui ne se connaissent pas l’ont avisé ces derniers jours que les acheteurs de l’hôtel Le Concorde avaient des liens avec Tony Magi.

En conférence de presse vendredi, M. Labeaume a prétendu qu’une de ces sources était une « institution québécoise respectée ». Il a ensuite dit que ce n’était pas l’Unité permanente anticorruption (UPAC) ou encore une institution liée à l’immobilier.

Jeudi, il avait créé une onde de choc en révélant que la Ville soupçonnait sérieusement la mafia d’être liée au groupe d’acheteurs.

« Ce qu’on ne veut pas, c’est du blanchiment d’argent dans l’investissement immobilier », a-t-il expliqué vendredi. Il a ajouté que la Ville avait été particulièrement alarmée quand elle avait vu une annonce pour y vendre dix condominiums à 650 000 $ chacun. « Qui peut acheter 10 condos pour 650 000 $ ? », a-t-il répété.

Selon ses dires, M. Magi ne ferait pas partie des acheteurs en tant que tel, mais serait représenté par un prête-nom dans le groupe. En attendant, les spéculations vont bon train sur l’identité des membres de ce groupe, qui n’a pas été dévoilée. La vente n’ayant pas été complétée, ils s’expriment actuellement par la voix d’un avocat.

Ce dernier, Me Stéphane Harvey, a de nouveau vivement démenti les accusations du maire. En parlant de M. Magi, il a dit avoir « appris hier [mercredi] son existence ». Interrogé sur la possibilité que l’un des investisseurs lui serve de prête-nom, il a rétorqué : « Ça me surprendrait fortement parce que j’ai reparlé à mes gens, puis on ne le connaît même pas. »

Me Harvey ajoute que la vente devrait aller de l’avant comme prévu. « On a décidé de continuer, puis on va essayer de rétablir les ponts avec la mairie. »

Le maire réplique à Eddy Savoie

Quant au vendeur de l’hôtel, Eddy Savoie, il a suggéré en matinée à l’émission de Paul Arcand que le maire Labeaume cherchait ainsi à favoriser un ami intéressé par l’immeuble.

Une affirmation vivement démentie par le maire, qui affirme que M. Savoie fait allusion à un certain Jean-Guy Sylvain qui n’est qu’une connaissance.

Rappelons qu’avant ces allégations sur la mafia, la Ville de Québec avait voulu empêcher M. Savoie de convertir l’immeuble en résidence pour personnes âgées. Ce dernier avait par la suite annoncé qu’il l’avait vendu à un groupe souhaitant le convertir en complexe d’hôtel-condos.

Avant lundi, ce dernier projet respectait le règlement de zonage, ce qui n’est plus possible depuis la résolution adoptée lundi au conseil municipal. Me Harvey met toutefois en doute la légalité du change. Il fait valoir qu’une ville n’a pas le droit de voter une résolution visant un groupe en particulier. « On attend l’avis juridique d’un cabinet réputé sur la façon dont ça s’est fait. »

L’avocat dit s’appuyer à cet égard sur une décision rendue par la Cour suprême contre Maurice Duplessis. « Duplessis avait décidé que quelqu’un n’était pas correct parce qu’il pensait qu’il avait des liens avec le Parti communiste. Puis il avait fait un règlement qui avait pour effet de juste cibler son commerce. »
10 commentaires
  • Claude Kamps - Inscrit 11 avril 2014 16 h 42

    Une ville de province

    gerée comme un village du temps de Duplessis

    • Jacques Pilon - Abonné 11 avril 2014 18 h 14

      J'aime bien votre formule.

      Jacques Pilon
      Ville de Québec.

  • Raymond Saint-Arnaud - Abonné 11 avril 2014 19 h 03

    $ comptant

    À ma souvenance, M Savoie a déclaré qu'il avait payé le Concorde comptant. Il a les poches profondes ce type-là.

  • Jean-François Guay - Abonné 11 avril 2014 20 h 51

    Drôle de couverture

    Pourquoi aucune attention n'est portée à l'allégation que la belle-soeur de Régis Labeaume gère une importante résidence pour personne âgée du même secteur? (Le St-Patrick) Le Soleil ne fait que le mentionné, ça na été que mentionné aussi à l'émission de Catherine Lachaussée de la Radio de Radio-Canada... pourtant ça fait drôlement conflit d'intérêt!

    Et pourquoi Régis Labeaume a-t-il attendu deux jours avant de brandir le spectre de la mafia? Pourquoi n'en a-t-il pas parlé avant? De la manière dont ça c'est passé, on dirait plutôt qu'il tenait à bloquer l'entente et qu'il a par la suite tenté de la justifier..!

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 12 avril 2014 06 h 56

      'S'cusez mais la belle-soeur de Régis ne gère pas dans le même secteur que l'hôtel. Vos informations ne sont pas exactes, ou au minimum incomplètes.

      « pourquoi Régis Labeaume a-t-il attendu deux jours avant de brandir le spectre de la mafia ?» Parce que personne ne peut contrôler le «quand» de la sortie des informations. Mais le fait de pouvoir «sentir» la magouille n'est pas donné à tout le monde; l'élection du 7 avril nous l'a bien prouvé.

      Bonne journée.

      PL

    • Robert Champagne - Inscrit 12 avril 2014 09 h 21

      Quel commérage!

  • Josette Allard - Inscrite 11 avril 2014 22 h 24

    Deux sources fiables

    Le nom de ces sources devraient être dévoilé si Labeaume veut être pris au sérieux.

    • Victoria - Inscrite 14 avril 2014 18 h 22

      M. Cossette

      Aucun rapport avec être pris au sérieux ou non. Dénoncer une situation, c’est une chose, mais y rattacher un ou des noms. Ça devient une question de sécurité personnelle.

      Il en a déjà trop dit ou presque publiquement. Si des noms sont dévoilés, que ce soit vrai ou faux ; il risque d’être poursuivi pour diffamation ou subir des préjudices à ce stade. On ne peut qu’être prévoyant, c’est tout et, sans plus.
      Au moins, son équipe et lui-même ont les yeux ouverts. C’est déjà un grand pas dans la bonne direction.
      Si au moins, d'autres agissaient comme la ville de Québec! On se sentirait un peu plus en sécurité.

  • Guy Desjardins - Inscrit 12 avril 2014 07 h 29

    Le Maire Labeaume vise juste!

    Le grand Montreal devrait prendre acte de la manière de gérer une Ville. M. Coderre est sûrement à l'écoute de ce qui vient de se passer dans la Ville de Québec. M. Labeaume n'a pas justes le titre de Maire mais aussi le protecteur de ses citoyens. Depuis longtemps je le dis et je crois qu'il devrait y avoir une loi pour protéger le peuple des mafiosos et criminels de tous acabits qui ont pour but que de se gonfler les poches aux détriments de personnes honnêtes. Par la suite disparaître avec une faillitte bien préparée dans un seul but, flouer les citoyens et nous les cochons de payeurs en font les frais. Mon idée serait, avant d'émettre un permis de construction ou d'exploitatation, une analyse complète des personnes qui en font la demande par des Enquêteurs chevronnés indépendants. Les Compagnies à numéro devraient être aboli. Pour la plus part du temps, ces Compagnies à # nous ne savons pas qui opèrent et ce qui en fait un excellent endroit pour du blanchiment d'argent et souvent cachent des criminels. Alors je crois que M. Labeaume a fait ce qu'il devait faire. Un très commencement de faire changer les choses en faveur des citoyens. La justice devrait aussi prendre acte de cette nouvelle façon de gérer une population et tous s'en porteront que mieux. Je dis à M. Labeaume que des gens comme vous, il devrait y en avoir beaucoup plus pour nous gérer. Sûr qu'il y en aura toujours pour critiquer mais quel est leur bût si ils veulent être transparents et honnêtes. Refuser une enquête sur leur personne et agissement... ça veut tout dire. "L'HONNÊTETÉ, c'est le plus parfait et le plus aimable commerce du monde." G.D.