Le Port est responsable de la poussière rouge trouvée dans Limoilou

Québec — Le Port de Québec a reconnu mardi que la poussière rouge trouvée récemment dans le quartier Limoilou venait de son territoire.

 

« Les capteurs démontrent, dans la nuit du 28 et du 29 décembre, une concentration plus élevée de particules que les autres journées », révèle un communiqué diffusé en fin de journée.

 

Comme en 2012, la poussière rouge est du minerai de fer qui se trouvait sur le terminal de Beauport. À l’époque, le problème avait été attribué à des canons à eau défectueux. Cette fois, des canons à neige seraient en cause, selon le porte-parole du Port, Anick Métivier.

 

Le porte-parole a par ailleurs souligné que la concentration de particules fines identifiées par le Port n’avait pas dépassé la norme québécoise de 0,030 mg/nm3. Or, vérification faite, elles l’atteignaient presque (0,028).

 

Installations en rodage

 

Le Port se défend en disant que ses installations et celles de la compagnie qui transborde le minerai (Arrimage Québec) sont en « rodage ».

 

Quant à savoir pourquoi il n’a pas sonné l’alarme entre le 28 décembre et la découverte de la poussière en janvier, M. Métivier explique que son système de capteurs est lui aussi en rodage et qu’il n’est pas encore capable de tenir des relevés en temps réel ou d’émettre des alertes. Cela devrait être possible d’ici à « quelques semaines », précise-t-il.

 

Cette fois-ci comme en 2012, c’est une citoyenne de Limoilou, Véronique Lalande, qui a avisé le ministère du Développement durable de la présence de poussière rouge dans son quartier. L’information circule depuis le 11 janvier.

1 commentaire
  • Sylvain Auclair - Abonné 23 janvier 2014 19 h 56

    Êtes-vous sûr?

    La norme serait de 0,030 mg/nm³. Étant donné qu'il y 1 000 000 000 000 000 000 000 000 000 nm³ dans un mètre cube, on obtient une densité 30 000 000 000 000 000 plus grande que celle de l'eau...
    Me suis-je trompé quelque part?