Un nouvel épisode de poussière rouge?

L’entreprise Arrimage Québec exploite deux terminaux au Port de Québec. La compagnie a reconnu dans le passé sa responsabilité dans l’épisode de poussière rouge survenu à la fin de 2012.
Photo: Renaud Philippe - Le Devoir L’entreprise Arrimage Québec exploite deux terminaux au Port de Québec. La compagnie a reconnu dans le passé sa responsabilité dans l’épisode de poussière rouge survenu à la fin de 2012.

Québec — Le groupe Vigilance Port de Québec prétend qu’il y a eu un nouvel épisode de poussière rouge dans le quartier Limoilou la semaine dernière.

 

« Il y en a eu énormément la semaine dernière, a expliqué lundi sa porte-parole Véronique Lalande. Ça a été l’un des épisodes les plus importants. »

 

Ces derniers jours, des citoyens ont diffusé sur Facebook des photographies de neige et de brique de couleur rosée.

 

Mme Lalande raconte que des représentants du ministère du Développement durable sont venus prélever des échantillons de poussière chez elle et que d’autres citoyens du quartier l’avaient alertée.

 

Selon elle, la poussière serait un résidu des importantes averses de la semaine dernière et découlerait d’un transbordement de vrac dans le port deux semaines auparavant.


Rien d’anormal selon Arrimage Québec

 

Le Devoir n’a toutefois pas pu en savoir plus de la part du ministère en fin de journée lundi.

 

De son côté, l’entreprise Arrimage Québec prétend n’avoir rien observé d’anormal. « On a un réseau de capteurs de poussières notamment à Limoilou et on n’a rien dénoté », affirme la porte-parole Johanne Lapointe.

 

La compagnie Arrimage Québec a reconnu elle-même dans le passé sa responsabilité dans l’épisode de poussière rouge survenu à la fin de 2012 dans le même quartier. La poussière rouge qui avait alors été retrouvée s’était révélée être de l’oxyde de fer.

 

Or Mme Lapointe souligne que l’entreprise s’est depuis dotée d’installations pour surveiller la qualité de l’air et que, depuis, il n’y a pas eu d’autres épisodes.