Régis Labeaume obtient son «mandat fort»

Photo: Renaud Philippe
Le maire sortant a récolté 74% des voix à la mairie face à David Lemelin (24%). Le taux de participation s'élevait à 53,4 % soit 4% de plus qu'en 2009. Le maire sortant avait demandé un «mandat fort» aux électeurs pour l'aider à convaincre le gouvernement de changer les lois du travail et s'attaquer à certains acquis syndicaux.

Dans son discours de victoire, il n'a pas manqué de le rappeler. «Je pense en toute humilité que c'est un vote historique qui s'est tenu aujourd'hui. C'est la première fois que les citoyens d'une grande ville au Québec se prononcent sur l'enjeu des déficits des régimes de retraite (…) C'est ici à Québec que le mouvement est lancé», a-t-il déclaré après avoir félicité les candidats des deux équipes.

Pendant toute la campagne, il a répété que les gens de Québec n'auraient pas eu d'amphithéâtre sans le 80% d'appuis qu'il avait obtenus la dernière fois. Après la victoire, il a prévenu les élus de l'Assemblée nationale, qu'il entendait les talonner sans relâche dans le dossier des relations de travail.

«À tous les élus de la région de Québec, des trois partis représentés à l'Assemblée nationale, soyez conscients que la population réclame du changement. (…) J'attends impatiemment de connaître vos opinions quant à nos propositions.»

Avec 74%, son score de 2013 est certes moins élevé qu'il y a quatre ans. Mais à l'époque, il était pratiquement seul en selle puisque le principal parti d'opposition n'avait pas de candidat à la mairie.

Du côté des districts, ses conseillers l'emportent presque partout (18 sièges sur 21) et ce, avec plus de 70% des votes dans bien des cas.

Du côté de l'opposition, le chef de Démocratie Québec (DQ), David Lemelin a échoué à se faire élire dans Cap-Rouge-Laurentien et ne pourra donc pas intégrer le conseil municipal. Grâce au principe du colistier, M. Lemelin avait pu à la fois se porter candidat au poste de maire et dans un district, une première dans la capitale.

Laurent Proulx et Paul Shoiry entrent au conseil

C'est plutôt l'ancien «carré vert» Laurent Proulx (Équipe Labeaume) qui a réussi à se faufiler en tête grâce à la division du vote d'opposition entre M. Lemelin et l'indépendant Jean Guilbault.

«On pense qu'on a fait une excellente campagne», a-t-il déclaré après que les résultats soient sortis. M. Proulx qui étudie actuellement en droit dit qu'il poursuivra ses études à temps partiel, «comme le fait mon collègue de classe, M. Bureau-Blouin», a-t-il dit à propos de son adversaire pendant la crise étudiante.

Seule consolation pour DQ, un gain dans le district de Sillery-St-Louis avec l'élection de Paul Shoiry. Candidat-vedette du parti, Paul Shoiry a été maire de la ville de Sillery pendant sept ans avant les fusions (1994-2001).

De façon générale, l'opposition a fait beaucoup mieux dans les quartiers centraux que dans les banlieues. Anne Guérette a pu conserver son siège dans Cap-aux-Diamants, tout comme le vétéran Yvon Bussières dans Montcalm-St-Sacrement. En 2009, ces deux conseillers avaient été les seuls à l'emporter qui n'appartenaient pas à Équipe Labeaume.
Par contre, trois conseillers de l'équipe du maire ont défroqué en cours de mandat. Dès lors l'opposition au conseil municipal est encore plus faible qu'elle ne l'était avant les élections, passant de cinq sièges à seulement 3.

Malgré tout, les membres de l'opposition ne semblaient qu'en partie déçus. «C'est dommage que notre chef ne soit pas passé mais c'est un trio qui se renforce par rapport à la dernière élection», a expliqué le conseiller Bussières.

Lors du dernier mandat, M. Bussières et Mme Guérette avaient été élus comme indépendants et n'avaient pas accès au précieux budget de recherche de l'opposition. «Avant on avait un budget à deux de près de 30 000 $ alors que là on aura peut-être la moitié du budget du maire, peut-être 500 000 $, ce qui permet d'engager des permanents, d'avoir un bureau d'opposition beaucoup plus structuré.»

Outre M. Shoiry, le conseil municipal accueillera pas moins de 8 nouveaux conseillers soit : Natacha Jean (Vanier), Jonatan Julien (Neufchâtel-Lebourgneuf), Dominique Tanguay (Duberger-Les Saules), Rémy Normand (Le Plateau), Anne Corriveau (Pointe de Sainte-Foy), Laurent Proulx (Cap-Rouge-Laurentien), Patrick Voyer (Des Monts) et Jérémie Ernould (Des Monts).

Reste maintenant à savoir qui siègera au comité exécutif et surtout quels élus hériteront des postes laissés vacants par François Picard et Richard Côté. Responsables de l'aménagement du territoire et des relations de travail, ces deux conseillers constituaient des piliers de l'administration Labeaume avant leur départ ces derniers mois.

 

À voir en vidéo