Cyclistes et piétons de Québec sous surveillance

À Québec comme à Montréal, les policiers s’assurent que les cyclistes s’immobilisent au feu rouge, cèdent le passage, ralentissent au feu jaune et ne tournent pas au feu rouge quand c’est interdit.
Photo: - Le Devoir À Québec comme à Montréal, les policiers s’assurent que les cyclistes s’immobilisent au feu rouge, cèdent le passage, ralentissent au feu jaune et ne tournent pas au feu rouge quand c’est interdit.

Comme leurs confrères de Montréal, les policiers de Québec ont lancé un blitz de contraventions contre les cyclistes cette semaine. Ils en ont aussi profité pour mettre au pas les piétons. Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) achevait jeudi une opération de trois jours aux quatre coins de la ville.

Québec — Des agents étaient en poste aux intersections les plus « achalandées » et « problématiques », expliquait plus tôt cette semaine la porte-parole Nancy Roussel. Il s’agissait de « sensibiliser » et « de faire de la répression » s’il y avait lieu, précisait-elle.


En ce qui concerne les cyclistes, les policiers s’assuraient qu’ils s’immobilisent au feu rouge, cèdent le passage, ralentissent au feu jaune et ne tournent pas au feu rouge quand c’est interdit. « Étant donné que c’est le même code que pour les voitures, les cyclistes ne sont pas vraiment sensibilisés », notait Mme Roussel.


Quant aux piétons, on leur donnait des constats d’infraction lorsque les gens n’attendaient pas le feu de piéton pour traverser. Selon Mme Roussel, ce genre d’intervention surprend souvent. « C’est un peu dans nos moeurs au Québec de traverser n’importe où. »


Certains se demandent si c’est vraiment utile. « Je ne pense pas qu’on a le sens des priorités », a commenté Christian Savard, de l’organisme Vivre en ville. Sa propre copine avait reçu une contravention pour avoir traversé à un feu vert pour les automobilistes à la place d’Youville, s’étonnait-il. « Les piétons qui traversent au feu vert [pour les automobilistes] quand il n’y a pas d’auto, ils ne mettent pas grand monde en danger, c’est pas une très grande infraction comparativement aux automobilistes qui tournent à droite au feu rouge là où ils n’ont pas le droit de le faire. »


La police avait ciblé des coins de rue où les voitures croisent plus de vélos et de piétons dans la ville, et ce, dans tous les arrondissements. En raison du beau temps, il y a eu beaucoup plus d’avertissements et de contraventions jeudi, mais le SPVQ n’avait encore rien compilé à la fin de la journée.


Selon Mme Roussel, cette opération était « planifiée » depuis un certain temps et ne découlait pas d’une recrudescence des infractions.

À voir en vidéo