Prix des collégiens 2013 - Qui a peur des grosses briques?

L’auteur Éric Dupont a reçu vendredi le Prix des collégiens au Salon du livre de Québec.
Photo: Renaud Philippe - Le Devoir L’auteur Éric Dupont a reçu vendredi le Prix des collégiens au Salon du livre de Québec.

Québec — Après des mois de délibérations, les jeunes lecteurs du Prix des collégiens ont choisi le plus volumineux des bouquins qu’on leur avait soumis cette année : La fiancée américaine, d’Éric Dupont.

« Ne vous laissez pas impressionner par la musculature de ce livre. Osez le lire et vous n’en serez certainement pas déçus », a lancé Samuel Bernard, du cégep Beauce-Appalaches, lors de la remise du Prix au Salon du livre de Québec.


En ce vendredi après-midi, le Centre des congrès grouillait de jeunes lecteurs. Les groupes scolaires étaient si nombreux et bruyants qu’on peinait presque à entendre les gens se succéder au micro.


Quand même, on a bien senti l’émotion d’Éric Dupont lorsqu’il est monté sur scène recevoir son prix. Après avoir blagué sur la longueur de son bouquin, c’est avec des sanglots dans la voix qu’il a évoqué son père et l’inspiration de son livre.


Ce dernier lui avait raconté comment une de ses anciennes amantes avait été forcée en 1968, à l’âge de 18 ans, à Matane, de monter dans un bus pour aller se faire avorter à New York.


« Mon père m’a raconté l’histoire quand j’avais 20, 22 ans, et derrière l’histoire, il y avait l’envie de mon père de me dire : “Vois d’où je viens, fais en sorte que ni tes soeurs ni tes filles ne fassent jamais ce voyage.” »


Éric Dupont était d’autant plus heureux de recevoir le Prix qu’il était remis par des étudiants. « Vous savez, j’ai enseigné au secondaire pendant sept ans à ce groupe d’âge en Ontario et je sais à quel point il est facile de leur déplaire et difficile de gagner leur suffrage. »


Les étudiants d’une cinquantaine de cégeps participaient cette année au Prix des collégiens. Dans chaque collège, les participants choisissaient un représentant qui participait au jury spécial dans la capitale jeudi. Une cinquantaine de jeunes délégués participaient à cet exercice qu’on dit très intense et stimulant.


Cette année, les collégiens devaient faire leur choix entre Mayonnaise, d’Éric Plamondon (Le Quartanier), Et au pire, on se mariera, de Sophie Bienvenu (La Mèche), Le Christ obèse, de Larry Tremblay (Alto) et Qui de nous deux ?, de Gilles Archambault (Boréal).


***

Un chapitre supplémentaire

Pour souligner le 10e anniversaire du Prix, on le bonifie cette année d’un chapitre. Ainsi, cet été, un jeune jury devra choisir le livre le plus pertinent aujourd’hui parmi les lauréats des dix dernières années. L’heureux élu sera connu à l’automne dans le cadre du Festival international de littérature de Montréal. Voici les concurrents :

2004: Contes Butô, d’Ook Chung

2005: Anna pourquoi, de Pan Bouyoucas

2006: Nikolski, de Nicolas Dickner

2007: Hadassa, de Myriam Beaudoin

2008: Catastrophes, de Pierre Samson

2009: Le ciel de Bay City, de Catherine Mavrikakis

2010: La foi du braconnier, de Marc Séguin

2011: La constellation du lynx, de Louis Hamelin

2012: Il pleuvait des oiseaux, de Jocelyne Saucier

2013: La fiancée américaine, d’Éric Dupont

À voir en vidéo