Québec - Nouvelles dépenses dans l’amphithéâtre

La facture des pieux de l’amphithéâtre de Québec augmente de 874 000 $, ce qui porte à quatre les ajustements financiers nécessaires. Or la Ville assure que tout se déroule comme prévu et que le budget de 400 millions est maintenu.


La majeure partie de la somme (858 741 $) est requise à cause de l’ajout de pieux et de longrines (poutres horizontales). Cela porte à 12,8 millions le contrat octroyé à la firme Charles-Auguste Fortier de Québec.


Cet « ajustement » découle de la volonté de la Ville de faire vite puisque la construction a débuté sans que l’équipe ait en main les plans complets de la structure. « Pour nous, l’échéancier était important à respecter », a souligné le vice-président du comité exécutif François Picard. « Quand on veut faire des fondations, il faut savoir ce qu’il y a en haut et on ne le savait pas complètement », a précisé le directeur du projet Jean Rochette.


M. Picard a défendu ce choix en disant qu’il y avait eu « une économie certaine à avoir travaillé tôt ». Il a insisté sur le fait que cet ajout n’augmente en rien la facture totale puisque la Ville puise dans sa réserve pour risques pour le financer.


En incluant une autre modification de 15 000 $ pour diverses fournitures, c’est la quatrième fois que la Ville approuve des ajouts à ce contrat. Au total, la facture a été bonifiée de 1,04 million.


L’excavation et la pose des pieux de l’amphithéâtre sont pratiquement terminées. On prévoit en outre de finir la fondation d’ici à la fin de juillet et de commencer l’érection de la structure en août. L’amphithéâtre doit être livré en septembre 2015.

 

Des délais à l’AMF


Toujours préoccupé par les délais, M. Picard en a profité jeudi pour interpeller l’Autorité des marchés financiers (AMF), qui tarde à donner son aval au contrat pour la structure d’acier. À partir de 40 millions, tous les contrats publics doivent être appuyés par l’AMF et le groupe ADF a remporté l’appel d’offres avec une soumission de 46,6 millions.


Or les responsables du dossier de l’amphithéâtre s’étonnent que cela prenne plus de deux semaines. « Ça nous inquiète, a dit M. Picard. Il faut que cette entreprise puisse commander son acier, dimensionner ses poutres et colonnes. »


Enfin, M. Picard a préféré ne pas commenter la sortie du président du groupe Canam, Marc Dutil, concernant ce contrat. M. Dutil, qui s’est classé deuxième au terme de l’appel d’offres, a déclaré mercredi que le « vrai prix » de la structure était de 52 millions.