Amphithéâtre : Québec confie l’acier au Groupe ADF

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s’est félicité d’avoir obtenu une soumission recevable à un prix inférieur à l’estimation des coûts de la Ville (48,1 millions).
Photo: La Presse canadienne (photo) Clément Allard Le maire de Québec, Régis Labeaume, s’est félicité d’avoir obtenu une soumission recevable à un prix inférieur à l’estimation des coûts de la Ville (48,1 millions).

C’est finalement le Groupe ADF et non le Groupe Canam qui construira la structure d’acier de l’amphithéâtre de Québec. Ce contrat de 46 millions de dollars est le plus onéreux de toute la phase de construction.

L’intérêt du groupe Canam pour ce projet était bien connu. En 2011, son président, Marc Dutil, avait répliqué publiquement aux pressions politiques pour que la structure soit faite de bois.


« On a tendance à dire que le bois est un métier plus traditionnel au Québec, et qu’il y a des jobs à défendre. Il y a des milliers et des milliers de personnes qui travaillent dans l’acier ! », avait déclaré au Soleil le p.-d.g. de l’entreprise beauceronne.


En décembre 2011, le rapport du commissaire au lobbyisme avait aussi révélé que le maire Régis Labeaume avait demandé à rencontrer des représentants de Canam dans les mois précédant la signature de l’entente avec son partenaire Québecor.


Or le groupe beauceron s’est finalement classé deuxième dans l’appel d’offres, derrière le Groupe ADF et devant Construction Proco. Sa soumission dépassait de 4,2 millions celle du vainqueur.


Hier, le maire de Québec, Régis Labeaume, s’est félicité d’avoir obtenu une soumission recevable à un prix inférieur à l’estimation des coûts de la Ville (48,1 millions).


Cela pourrait-il faire baisser le coût global de 400 millions ? « On fait tout pour rester dans le 400 millions », a rétorqué son attaché de presse, Paul-Christian Nolin.

 

De grands projets


Basé à Terrebonne, le Groupe ADF a à son actif plusieurs grands projets aux États-Unis, comme le stade de football des Ravens de Baltimore et l’édifice de Goldman Sachs à New York. Depuis deux ans, l’entreprise travaille également à la reconstruction des tours du World Trade Centre.


L’acronyme ADF vient de « Au dragon forgé », le nom que portait la petite entreprise lors de sa création dans les années 1950.


Les prochains contrats à attribuer pour l’amphithéâtre sont ceux des ascenseurs et des paratonnerres. Ces contrats font partie des « équipements et mobiliers spécialisés », un bloc de contrats qui se répartit en une trentaine de petits appels d’offres.

2 commentaires
  • André Michaud - Inscrit 7 février 2013 09 h 22

    Toujours dans les coûts

    Le dossier va bien pour éviter les dépassements, bravo et restez vigilants!

    • Michel Gagnon - Inscrit 7 février 2013 09 h 45

      Et si on attendait la fin des travaux? S'il n'y a pas eu de dépassement quand le tout sera terminé, alors on pourra dire bravo. Je ne miserais pas ma chemise là-dessus.