Québec - Régimes de retraite: L’Allier se défend

Jean-Paul L’Allier
Photo: Source UMQ Jean-Paul L’Allier

Québec — L’ancien maire Jean-Paul L’Allier a dérogé à sa réserve habituelle jeudi pour défendre ses actions dans deux dossiers épidermiques à Québec : les régimes de retraite et le hockey.


Interrogé sur le fait que le maire Régis Labeaume accuse souvent ses prédécesseurs de s’être mis à genoux devant les syndicats, M. L’Allier a pris le temps de se défendre. « M. Labeaume peut dire ce qu’il veut, c’est la population qui va décider. Mais je pense qu’il y a beaucoup de gens qui font du millage sur ce que j’appelle du “ fonction publique bashing ”. Il suffit qu’on mette le nez d’un fonctionnaire par la fenêtre et puis tout le monde va tirer des balles dessus », a-t-il déclaré.


Mais sur le style de négociation du maire en poste, il s’est montré prudent. « Moi, je ne veux pas critiquer M. Labeaume. Dans son style d’homme, que je connais un peu, il fait ce qu’il a à faire. »


Jean-Paul L’Allier a dirigé la Ville de Québec pendant plus de quinze ans, de 1989 à 2005. Lorsqu’on lui demande s’il juge le dossier des retraites « préoccupant », il met des bémols. « Oui et non, parce que ça dépend de comment on le regarde. Si on le regarde uniquement dans la lunette des actuaires, c’est des chiffres artificiels, d’une certaine façon. »


Selon lui, les villes ont simplement suivi l’exemple donné par le gouvernement. « Les villes ne l’ont pas fait [rembourser les déficits] parce que le gouvernement ne leur a pas demandé. Et pourquoi le gouvernement ne le leur a pas demandé ? Parce que lui-même ne le fait pas. Le gouvernement du Québec n’a pas une caisse quelque part où il a mis à l’avance les réserves pour payer les régimes de retraite. »


Il trouve d’ailleurs agaçant le discours actuel du gouvernement en ces matières. « Moi, ce que j’aime pas, c’est quand le gouvernement fait des leçons à tout le monde. Ça, c’est assez désagréable. »


Malgré cela, il approuve la décision de créer le comité D’Amours pour faire le point dans le dossier. Mais à son avis, on devrait attendre de connaître ses conclusions avant de « grimper dans les rideaux ».


L’ancien maire de Québec s’est par ailleurs défendu d’avoir pris des congés de cotisation dans les caisses de retraite alors qu’il était le patron de la Ville. Par contre, il n’était pas en mesure de dire pourquoi la caisse n’avait pas été davantage renflouée.


« On n’a jamais pris de congés de cotisation pour les années en cours. Mais il y a des années où on n’a pas cotisé pour boucher le déficit antérieur. Parce que ça, c’est sans fin. On aurait voulu emprunter le montant global quand les taux d’intérêt étaient bas pour les rembourser. Ça n’a pas marché, je ne sais pas pourquoi. Mais il va falloir le rembourser. »

 

Un amphithéâtre


L’ancien élu, qui vient d’être nommé à la présidence de l’Ordre national du Québec, a aussi voulu remettre les pendules à l’heure sur son rôle dans le dossier du hockey à Québec. « On avait pris une position sur le Colisée. On avait essayé d’aller en chercher un dans le temps », a-t-il dit.


« Mais les gens oublient qu’on était 185 000 et on n’avait pas accès toujours à l’argent neuf qui est généré par le territoire de Sainte-Foy. » Il ajoute qu’il avait « écrit aux 35 maires » de l’équivalent de la communauté métropolitaine « pour qu’on décide d’en faire un équipement collectif ». Or, la réponse a été négative. « Chaque époque ses défis, chaque époque ses problèmes », a-t-il conclu.

5 commentaires
  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 11 janvier 2013 07 h 44

    Le meilleur

    Jean-Paul L'Allier aura été le meilleur maire qu'ait connu Québec. Les maires qui lui ont succédé ne font, depuis lors, que «surfer» sur ses réalisations. De monsieur Labeaume, homme populaire et «spectaculaire», on attend encore les réalisations.

    Desrosiers
    Val David

  • Michel Rochette - Abonné 11 janvier 2013 09 h 39

    Des chiffres artificiels!

    Intéresseant commentaire. Quand viendra le temps de payer en "cash" courant les prestations de retraite de plus en plus prolongées des fonctionnaires, les chiffres "artificiels" des actuaires deviendront des chiffres bien réels. Et en plus, " je n'ai pas contribué aux régimes de retraite parce que le gouvernement du Québec ne l'a pas fait!" Il aurait pu ajouter qu'il préférait investir dans la culture actuelle et les Violons du Roi afin d'endormir tout le monde!

    Et votre propore rente de retraite de la Ville de Québec? On devrait la convertir en rente artificielle! On vous la promet mais on ne l'a paie pas puisqu'elle est artificielle selon vous! On pourrait vous la payer en "iou" ou pourquoi pas en monnaie de carte comme à l'époque du régime français!

    Toutes les villes et les États vont faire face à des coûts astronomiques de leurs promesses passées - rentes et avantages sociaux - et une population, moi le premier, qui ne veut plus payer. Je n'en ai pas de rente de retraite artificielle alors pourquoi devrai-je payer celle des autres? Aux États-Unis, des villes ont déclaré simplement faillite pour se libérer des leurs promesses dites artificielles. Alllez voir ce site:
    http://www.governing.com/gov-data/municipal-cities

    En tant que citoyen, j'ai deux options. Ou bien, les maires prennent leurs responsabililtés et réduisent ces engagements et cessent d'acheter la paix comme vous l'avez fait - la pire situation est d'accorder la parité avec d'autres villes - ou bien je pars ailleurs. En fait, je n'ai pas besoin d'aller très loin. À Montréal, on va un peu plus loin en banlieue, on part en Floride, ou on loue un appartement ici. On se libère de ces engagements. Les politiciens s'imaginent qu'un citoyen va rester inactif et encaisser le coup. Désolé! Par pour moi et ce ne sont pas ni les Violons du Roi ni les bixis qui vont me retenir ici.

  • Jean Boucher - Inscrit 11 janvier 2013 11 h 26

    Une erreur?

    « Le gouvernement du Québec n’a pas une caisse quelque part où il a mis à l’avance les réserves pour payer les régimes de retraite. »

    Cette déclaration est-elle vraie? Combien valent les fonds de pension gérés par la CARRA? Dans les 150 milliards.

    • Manon Theriault - Inscrite 12 janvier 2013 12 h 01

      Elle est très très vraie. Seul l'argent des fonctionnaires sont dans le fond de pension. Le gouvernement n'a fait qu'inscrire les montants dûs sans les déposer. C'est pour cette raison que, même s'il y a eu non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, vous n'avez pas vu vos comptes généraux de taxes, impôts et autres frais augmenter même si le nombre de fonctionnaires diminuait.

  • Gilles Théberge - Abonné 11 janvier 2013 12 h 01

    Pourquoi?

    Oui pourquoi au fait les fonds de pension gouvernementaux ne sont-ils pas capitalisés...? Si c'était le cas on ne serait pas collectivement dans la gadoue.