Deux ex-conseillers dénoncent le «comportement» du maire Labeaume

Régis Labeaume (photo d'archives)<br />
Photo: Clément Allard Le Devoir Régis Labeaume (photo d'archives)

Québec — Les conseillers Ginette Picard-Lavoie et Patrick Paquet ont claqué la porte d'Équipe Labeaume parce que son comportement les mettait trop mal à l'aise. «Il ne tolère aucune discussion avant décision, ne respecte pas ceux qui diffèrent d'opinion et ils empêche souvent si non [sic] toujours les autres de s'exprimer», ont déclaré les deux élus jeudi matin dans un communiqué.

En point de presse, ils en ont remis et dit que le maire n'était pas l'homme d'équipe qu'il prétend être. M. Paquet prétend d'ailleurs que c'est la teneur d'un échange entre le maire et une collègue qui l'a convaincu de quitter.

Le conseiller de Neufchâtel se dit aussi préoccupé par l'augmentation de la dette à la Ville et notamment par le dossier de coffre-fort virtuel, un projet technologique conclu en partenariat avec l'entreprise Asentri.

Il a en outre souligné que le chef de cabinet du maire, Louis Côté, exerçait beaucoup de pouvoir à la Ville de Québec. «Des fois, je me demande c'est qui le maire», a-t-il lancé aux journalistes lors d'un point de presse à deux pas de l'hôtel de ville.

Selon lui, son départ et celui de sa collègue ne découlent en rien du fait que l'Équipe Labeaume les aurait exclus de sa liste de candidats en vue des prochaines élections. Mercredi, une source au sein du parti avait déclaré qu'ils ne faisaient pas partie de la «shortlist».

Étant donné que la Ville a réduit le nombre de conseillers municipaux en cours de mandat, tous ne pourront pas se présenter au scrutin de 2013 à moins que le nombre de départs à la retraite soit suffisant.

Mme Picard-Lavoie, qui défend un district dans Limoilou, a été moins loquace que son collègue. Elle affirme que c'est surtout le manque de respect du maire qui l'a poussée à quitter. «Je n'en peux plus des attaques», a-t-elle dit. «Je demande le respect de tous les employés de la Ville de Québec.»

Elle a également salué le projet de rallier les opposants en vue des prochaines élections. Avant aujourd'hui, seulement trois indépendants faisaient face à l'équipe du maire. Toutefois, la conseillère Anne Guérette et le parti Québec Autrement sont actuellement en pourparlers pour faire cause commune. Mme Guérette était d'ailleurs présente au point de presse des nouveaux indépendants pour leur souhaiter «la bienvenue».

Plus de détails vendredi dans la version papier du Devoir.

1 commentaire
  • Pierre Germain - Inscrit 16 décembre 2012 09 h 58

    Syndrome de Napoléon!