Adoption houleuse d'un règlement sur les manifestations à Québec

Québec — L'adoption d'un règlement municipal encadrant les manifestations s'est soldée par une arrestation, aujourd'hui, à l'hôtel de ville de Québec, où le maire Régis Labeaume s'est retrouvé au milieu d'une échauffourée.

L'agente Catherine Viel, de la police de Québec, a affirmé qu'une personne se trouvant dans la salle du conseil municipal avait été arrêtée pour voies de fait simples. Mme Viel n'a pas révélé l'identité de cette personne puisqu'une enquête est toujours en cours.

Des images diffusées par Radio-Canada montrent toutefois que M. Labeaume a été apostrophé par un citoyen alors qu'il sortait de la salle du conseil. Un membre de l'entourage du maire a alors bousculé cet homme, pendant que M. Labeaume quittait la salle.

Les images montrent ensuite les policiers qui maîtrisent ce même citoyen après une bousculade qui a projeté un homme par terre.

Après cette échauffourée, M. Labeaume a invectivé le citoyen, le traitant de «malade».
Une centaine de manifestants s'étaient rassemblés devant l'hôtel de ville, aujourd'hui, afin de protester contre l'adoption prévue d'un règlement empêchant le camping dans les espaces publics et interdisant l'accès aux parcs entre 23 h et 5 h.

Pour pallier le côté temporaire des dispositions de la loi spéciale 12, adoptée par le gouvernement, la Ville de Québec a aussi voté une disposition qui obligera à l'avenir les organisateurs de manifestations à fournir d'avance leur itinéraire.

M. Labeaume avait convoqué les 27 élus municipaux en séance extraordinaire afin de voter ce règlement en prévision d'une manifestation étudiante prévue vendredi prochain, le 22 juin, juste avant la fin de semaine de la Fête nationale.

Seuls trois conseillers indépendants se sont opposés à son adoption, aujourd'hui.

À voir en vidéo