Lebel sympathique au projet d'anneau de glace

Québec — Le ministre fédéral Denis Lebel est plutôt sympathique au projet d'anneau de glace couvert du maire Régis Labeaume. Reste à savoir quel programme pourra le financer.

«C'est clair que pour nous, c'est un projet qui est porteur», a dit hier le ministre de l'Infrastructure au Devoir. À son avis, le fait que le projet soit dédié «à 100 %» au sport amateur joue en sa faveur. «Ça respecte notre vision des choses.»

L'idée de doter la capitale d'une telle infrastructure n'est pas nouvelle, mais le maire Labeaume en a fait une priorité de son année 2012. Il passe d'ailleurs la fin de semaine à Calgary pour visiter son anneau de glace couvert et assister à une compétition de patinage de vitesse longue piste.

L'anneau, qui coûterait 92 millions de dollars au trésor public, serait construit sur le campus de l'Université Laval ou un peu plus à l'ouest, vers l'ancien hôtel de ville de Sainte-Foy.

La semaine dernière, M. Labeaume a suggéré que le fédéral paie une bonne partie de la facture. «On voit bien une annonce du gouvernement fédéral qui servira de legs à la fin du congrès SportAccord.» Ce congrès, qui réunit chaque année des décideurs du monde olympique, doit avoir lieu dans la capitale en mai.

Or hier le ministre Lebel a dit que le projet devait d'abord s'insérer dans les programmes fédéraux déjà existants. «Oui, le projet est intéressant. Mais ça dépend de la disponibilité de l'argent et s'il cadre dans nos programmes.»

Selon lui, le centre pourrait être subventionné par le volet «grandes villes» du programme de Chantiers Canada, mais il appartient au gouvernement du Québec de le définir comme prioritaire.

Ironie du sort, c'est avec ce même «volet» du programme qu'Ottawa prévoyait financer l'amphithéâtre de Laval qui a suscité la controverse cette semaine. Hier, le projet lavallois figurait toujours sur la page Web d'Infrastructure Québec dédiée à ce programme.

Créé en 2007, Chantiers Canada est en vigueur jusqu'à 2014 et est doté d'une enveloppe de 8,8 milliards. Les projets soutenus par ce programme sont normalement financés à parts égales par les trois ordres de gouvernement.