Québec - Des conseils de quartier aux conseils de district

Québec — La Ville de Québec a demandé au ministre des Affaires municipales, Laurent Lessard, d'introduire un amendement à sa charte dans le prochain projet de loi omnibus pour réaliser une refonte de ses conseils de quartier.

La Ville souhaite revoir les limites territoriales des conseils de quartier, mais sa propre charte limite son pouvoir d'action. Selon le conseiller municipal responsable du dossier, Sylvain Légaré, la Ville a demandé au ministre Lessard d'intégrer des amendements à son projet de loi omnibus de cet automne, mais ce dernier a exigé que Québec mène d'abord des consultations.

D'ailleurs, l'article 35 de la Charte de la ville de Québec stipule que le «conseil de la ville ne peut modifier les limites d'un quartier sans consulter au préalable les conseils de quartier concernés».

La Ville doit donc annoncer sous peu la tenue d'une consultation publique sur le sujet. Des assemblées auront lieu dans chacun des arrondissements entre le 21 septembre et le 6 octobre.

Enjeux locaux

Créés à l'époque du maire Jean-Paul L'Allier, les conseils de quartier sont constitués de citoyens bénévoles qui se réunissent une fois par mois pour débattre d'enjeux locaux et soumettre des propositions aux élus.

Ils ont notamment le pouvoir d'initier des consultations sur des enjeux locaux comme ce fut le cas, il y a quelques mois, avec les consultations sur la présence de centres d'injection supervisée.

Si leurs membres ont un sentiment d'appartenance envers les anciens quartiers, la Ville estime pour sa part que ce serait plus pratique que les conseils correspondent aux limites des districts des conseillers municipaux.

«On sait que les limites de quartiers ça va faire jaser, mais la ville a évolué aux niveaux physique et administratif et on pense qu'il faut que ça suive», soutient M. Légaré.

Le conseiller municipal donne souvent en exemple le cas d'une de ses collègues qui a trois conseils de quartier à l'intérieur de son district. «Ça n'a pas de bon sens», martèle-t-il. En plus de compliquer la vie des élus, cette situation crée selon lui de la confusion.

Les conseils de quartier devront-ils être rebaptisés pour devenir des conseils de district? «On verra», répond M. Légaré qui précise que cela ne fait pas partie des propositions soumises par la Ville.

Outre la question du territoire, les propositions concernent le processus de sélection des membres jugé trop contraignant et la possibilité de changer le poste réservé aux gens d'affaires qui est trop souvent vacant.

Toutefois, contrairement à ce qu'il avait dit au printemps, M. Légaré ne souhaite pas sabrer les dépenses des conseils qui, après examen, sont minimes, selon lui.

À voir en vidéo