L'échangeur des Pins ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir

L'échangeur des Pins, réputé pour son extrême laideur, ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. La Ville de Montréal entreprendra à la fin du mois d'avril les travaux préparatoires du démantèlement des bretelles de béton pour faire place, l'an prochain, à un carrefour de surface plus convivial pour les piétons et les cyclistes.

«Ce ne sera pas le paradis pour les résidants du Plateau Mont-Royal cet été, mais le développement durable exige parfois des sacrifices qui seront bénéfiques pour nos enfants et nos petits-enfants. L'erreur qui a été faite il y a quarante ans doit être corrigée et je crois qu'il y a consensus dans le quartier», a expliqué hier Helen Fotopulos, mairesse de l'arrondissement du Plateau Mont-Royal, à l'occasion d'une conférence de presse tenue à l'hôtel de ville.

Dès la fin du mois d'avril, une voie de déviation sera construite le long de l'avenue du Parc afin de permettre la démolition, à partir de juin, des bretelles qui composent «le spaghetti de béton» qu'est l'échangeur. Les travaux seront effectués par étapes afin de ne pas entraver la circulation et se poursuivront jusqu'à la fin de l'été 2006 avec l'aménagement paysager et la plantation de près de 300 arbres, a indiqué hier Paul Laberge, chef de division du Service environnement, voirie, réseaux, ponts et tunnels à la Ville de Montréal. La disparition de la structure de béton fera gagner 15 000 mètres carrés d'espaces verts, soit l'équivalent de deux terrains de football, a-t-il précisé.

Annoncés il y a un peu plus d'un an, les travaux de démantèlement de l'échangeur des Pins permettront l'aménagement d'une nouvelle intersection en surface dotée d'un carrefour principal et de deux carrefours secondaires. Ils mettront également fin au cauchemar des cyclistes et des piétons qui devaient s'aventurer dans les dédales de l'échangeur s'ils voulaient traverser l'avenue des Pins. Les plans prévoient la création d'une piste cyclable qui traversera le carrefour du nord au sud.

25 millions de dollars

Le projet sera réalisé par la Ville de Montréal au coût de 25 millions de dollars, dont 4,5 millions proviennent du gouvernement fédéral et 1,4 million du gouvernement provincial.

Les résidants du secteur sont ravis de voir disparaître l'échangeur qui défigure le secteur depuis 40 ans, mais ils appréhendent le bruit et la poussière que ne manquera pas d'engendrer le chantier au cours des prochains mois. «C'est sûr que ça ne sera pas drôle pour un certain temps et qu'il va y avoir de la poussière, mais au moins il n'y aura pas de dynamitage», commente Cécile Grenier, gérante du Syndicat de copropriété de la communauté Milton Parc. Même son de cloche du côté de Pierre Céré, coordonnateur du Comité chômage de Montréal, dont les bureaux sont situés à deux pas du futur chantier.

Il y a un an, les occupants des immeubles situés en bordure de l'échangeur avaient craint que la Ville ne profite des travaux pour démolir plusieurs bâtiments situés dans le secteur. Cette menace a été écartée, indique Mme Grenier. Pour veiller aux intérêts des voisins du chantier et s'assurer que les mesures d'atténuation du bruit et de la poussière seront respectées, un comité de citoyens a d'ailleurs été mis sur pied et travaillera de concert avec la Ville de Montréal. Une rencontre d'information publique est prévue le 13 avril prochain à l'Hôtel-Dieu pour que soient discutés les détails des travaux.