Le CRDIM fait une proposition au CRE

Les représentants socioéconomiques de Montréal viennent peut-être de gagner une manche dans la bataille démocratique visant à faire valoir leur point de vue au sein de la Conférence régionale des élus (CRE).

Le conseil d'administration du Conseil régional de développement de l'île de Montréal (CRDIM) a retenu vendredi dernier une formule de concertation qui permettrait aux représentants socioéconomiques de siéger au sein de la CRE. Aussi, le comité exécutif de la CRE serait composé d'un tiers de ces leaders de la société civile.

«On va maintenant espérer que les élus de Montréal [qui forment la CRE] vont accepter la proposition. Mais c'est une étape importante de franchie pour prendre part au processus décisionnel», a affirmé hier au Devoir Claude Bégin, porte-parole du milieu communautaire.

Mme Bégin souhaiterait que chacun des sept collèges (syndicat, éducation, santé, affaires, communautaire, jeunes, aînés et gais et lesbiennes) puisse avoir un siège à l'exécutif. Mais selon les scénarios étudiés, la place accordée aux représentants socioéconomiques serait plutôt de trois ou, au mieux, de quatre sièges.

C'est dire à quel point la bataille pour la démocratie régionale est loin d'être terminée. Si les élus de Montréal entérinent la proposition lors de la prochaine réunion de la CRE, le 17 mai, il pourrait y avoir d'autres tiraillements, mais cette fois-ci parmi les représentants socioéconomiques: quels collèges seront exclus?

Quant à la tenue du forum régional «Place aux citoyens» convoqué par le gouvernement Charest, la question n'a pas été abordée vendredi dernier. Le dossier sera discuté par la CRE dans deux semaines. À l'origine, la CRE avait mandaté le CRDIM pour organiser ce forum. Maintenant que cette structure est appelée à disparaître, avec le transfert du personnel et des biens à la CRE, l'organisation du forum a surtout une forme virtuelle. Les représentants socioéconomiques avaient exprimé leur mécontentement devant la commande gouvernementale. Mais leur principale bataille consistait d'abord à obtenir le droit de parole.