«Le gouvernement 3.0» à l’ordre du jour

Pierre Vallée Collaboration spéciale
« L’idée que les municipalités sont des créatures du gouvernement provincial ne tient plus la route », affirme Caroline St-Hilaire, mairesse de Longueuil.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir « L’idée que les municipalités sont des créatures du gouvernement provincial ne tient plus la route », affirme Caroline St-Hilaire, mairesse de Longueuil.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

Pour son édition 2016, qui se tiendra les 12 et 13 mai au centre des congrès de Québec, la Commission des assises annuelles de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), présidée par la mairesse de Longueuil, Caroline St-Hilaire, a choisi comme thème « Gouvernement 3.0 ». Une allusion directe au rôle qu’entendent jouer les municipalités au Québec.

«Lavantage des municipalités comme palier de gouvernement, explique Mme St-Hilaire, c’est que les municipalités sont véritablement des gouvernements de proximité. Nous sommes en contact constant avec nos citoyens. L’idée que les municipalités sont des créatures du gouvernement provincial ne tient plus la route, car les municipalités sont des gouvernements à part entière. D’ailleurs, le gouvernement du Québec vient de reconnaître les municipalités comme un palier de gouvernement. C’est un premier pas dans la bonne direction. » Le prochain pas est de traduire cette reconnaissance dans la réalité, et la programmation des assises reflète bien cette préoccupation.

Le plan économique fédéral

Le nouveau gouvernement fédéral de Justin Trudeau a choisi d’investir massivement dans les infrastructures afin de stimuler l’économie canadienne, et bon nombre de ces infrastructures se trouvent en milieu municipal. L’enjeu est suffisamment de taille pour que les assises y consacrent un atelier politique. Les municipalités seraient-elles tentées de discuter directement avec le gouvernement fédéral ?

« Inutile de s’enfarger dans les fleurs du tapis en voulant s’immiscer entre le fédéral et le provincial. Il n’y a présentement aucun désir ni aucune intention de la part des municipalités de passer par-dessus la tête du gouvernement provincial pour discuter directement avec le gouvernement fédéral. Par contre, les municipalités doivent s’assurer qu’une part de l’argent du gouvernement fédéral aboutit bel et bien dans les municipalités. Nos citoyens attendent ces investissements. Et il n’est plus question que les décisions soient prises uniquement par les paliers supérieurs qui ensuite imposeraient leurs choix aux municipalités. Les municipalités doivent maintenant être parties prenantes des discussions et des négociations qui auront lieu au sujet des investissements du gouvernement fédéral, tout comme ceux du gouvernement provincial, dans les infrastructures situées en milieu municipal. »

Les changements climatiques

Autre sujet à l’ordre du jour : les changements climatiques. Les Assises 2016 de l’UMQ y consacreront un grand forum, animé par le journaliste Stéphan Bureau. Des invités de marque y seront présents, dont notamment Steven Guilbeault, d’Équiterre, et Alain Bourque, d’Ouranos, mais aussi des invités étrangers, comme Louis Giscard D’Estaing, de l’Association des maires de France, et Gary McNamara, président de l’Association des municipalités de l’Ontario.

« Lorsqu’il s’agit d’enjeux d’envergure internationale, et les changements climatiques le sont, ce sont les nations et les États qui sont invités à la table de discussion, mais jamais les villes. Par contre, lors de la conférence COP21 à Paris, il y a eu le Sommet des élus locaux. C’est à la suite de ce sommet que nous avons eu l’idée d’organiser un forum sur les changements climatiques. Il nous paraissait impossible que les municipalités du Québec n’aient pas l’occasion de se pencher sur l’enjeu des changements climatiques. »

Mais dans un enjeu d’une telle dimension, que peuvent faire les municipalités ? « Les gouvernements supérieurs, comme les pays, les États et les provinces, peuvent établir les grands objectifs et fixer les cibles de réduction des GES à atteindre. Mais la réussite de ces objectifs et l’atteinte de ces cibles passent aussi par les municipalités parce que les municipalités font partie de la solution. Il ne faut pas oublier que des éléments importants de la vie en société, comme le transport en commun et le transport actif, sont du ressort des municipalités. De plus, les municipalités peuvent prendre des initiatives en faveur de l’environnement. C’est le cas, par exemple, des municipalités qui ont décidé de bannir l’usage des sacs en plastique sur leur territoire. »

Les TIC

Le thème « Gouvernement 3.0 » fait aussi référence à une nouvelle réalité, soit celle de l’Internet et des médias sociaux. D’ailleurs, les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) feront l’objet d’un atelier de perfectionnement. Aujourd’hui, les municipalités disposent toutes d’un site Internet et sont présentes sur les médias sociaux, et elles utilisent ces NTIC pour diffuser de l’information. Mais les NTIC offrent davantage de possibilités et sont appelées à jouer un rôle grandissant, surtout dans le cadre d’un concept comme celui de la ville intelligente.

« Par exemple, à Longueuil, nous avons mis en place un projet pour rendre certains lieux publics plus sécuritaires. Et bien que nous ayons une équipe de professionnels qui travaillait sur le dossier, nous avons eu l’idée de mettre en ligne une carte interactive sur laquelle les citoyens pouvaient indiquer les lieux qu’ils considéraient comme présentant des problèmes de sécurité. La réponse citoyenne fut supérieure à ce que nous espérions et cela nous a permis de mieux cibler les lieux à sécuriser. »

Une participation record ?

Caroline St-Hilaire s’attend à une participation record aux Assises 2016. « Nous avons d’abord limité la tenue des assises à deux jours, ce qui évite une nuitée à l’hôtel, et nous avons abaissé le coût de l’inscription. Nous avons voulu ainsi rendre les assises plus abordables. » Autre facteur qui joue en faveur d’une participation accrue ? « Nous avons réussi à attirer comme invités plusieurs grosses pointures. Le premier ministre Couillard sera présent tout comme le ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, Martin Coiteux. Mais nous allons aussi recevoir les deux leaders de l’opposition. Même le ministre des Finances du gouvernement fédéral, Bill Morneau, sera des nôtres. »