Deuxième chance pour le Club Med dans Charlevoix

Le gouvernement du Québec cherche à voir s’il pourrait relancer le projet du Club Med au Massif de Charlevoix, à Petite-Rivière-Saint-François, qui a avorté en décembre. Investissement Québec a jusqu’au début mai pour soumettre des propositions à la ministre de l’Économie, Dominique Anglade.

La semaine dernière, des représentants d’Investissement Québec, Mme Anglade, son chef de cabinet et des dirigeants du Groupe Le Massif se sont rencontrés pour faire le point sur le projet évalué à 100 millions de dollars. La réunion avait été initiée par la députée du coin, Caroline Simard, qui tient beaucoup au projet.

« J’ai voulu savoir ce qui avait fait en sorte que le projet avorte, a-t-elle expliqué en entrevue mercredi. J’ai réactivé le dossier parce que ce projet-là, c’est 300 emplois directs chez nous, c’est des retombées économiques extrêmement importantes. »

Complexe hôtelier

L’alliance entre le Groupe Le Massif et le Club Med devait mener à la construction d’un grand complexe hôtelier au bas des pentes du Massif à Petite-Rivière. Le Club Med souhaitait investir dans un village de ski en Amérique du Nord.

Lors de l’abandon de l’entente après trois ans de pourparlers, le Groupe Le Massif avait imputé l’échec à une mésentente quant au partage du risque financier.

Est-ce à dire qu’Investissement Québec pourrait sauver le projet en partageant une partie du risque ? On ne s’avance pas jusque-là. Au cabinet de la ministre Anglade, on s’en tient à dire que « le gouvernement était déçu que le Groupe Le Massif et Club Med n’aient pas réussi à réunir les conditions financières à la réalisation du projet dans sa première mouture ». « Comme gouvernement, nous avons le devoir d’analyser tout projet porteur qui puisse être créateur de richesse et d’emplois pour une région, dans le respect de la capacité de payer des contribuables », a signalé son attachée de presse, Jolyane Pronovost.

Trois piliers

Totalisant des investissements de 230 millions, l’ensemble du projet récréotouristique du Massif reposait à l’origine sur trois piliers : l’hôtel (56 millions), le lien ferroviaire (36 millions) et le centre de ski (106 millions).

Après avoir acquis la station de ski en 2002, son président, Daniel Gauthier, avait obtenu des gouvernements 65 millions en subventions pour le financer. L’hôtel a depuis été vendu au Groupe Germain.

1 commentaire
  • - Inscrit 21 avril 2016 08 h 42

    Je ne suis pas dans la pub mais ...

    Club Med ... massif de Charlevoix ... Hum ! Un "petit" problème avec le concept peut-être ?