Québec songe à protéger une église menacée de démolition

En décembre, la fabrique a vidé l’église et vendu le mobilier et les objets qui s’y trouvaient.
Photo: Conseil du patrimoine religieux du Québec En décembre, la fabrique a vidé l’église et vendu le mobilier et les objets qui s’y trouvaient.

L’église Saint-Gérard-Majella sera-t-elle épargnée ? Le ministère de la Culture examine la possibilité de classer cette église de Saint-Jean-sur-Richelieu jugée exceptionnelle, mais condamnée à la démolition. Si un tel statut était accordé au bâtiment, sa destruction deviendrait impossible.

Construite en 1962 selon les plans de l’architecte Guy Desbarats, l’église Saint-Gérard-Majella a été vendue en octobre dernier à des promoteurs immobiliers pour 800 000 $. Les nouveaux propriétaires prévoient de raser le bâtiment pour construire un projet domiciliaire de 104 appartements sur le site.

Même si l’église dotée d’une voûte asymétrique spectaculaire a reçu du Conseil du patrimoine religieux du Québec la plus haute évaluation, soit la cote « A », la paroisse Saint-Jean-L’Évangéliste a décidé de la vendre, faute de financement pour la rénover. Les travaux de restauration avaient été estimés à 3 millions de dollars.

Le Devoir a appris qu’après avoir reçu une demande d’intervention le 16 novembre dernier, le ministère de la Culture a décidé d’examiner la possibilité de classer l’immeuble. « Le ministère a entamé une analyse pour voir ce qu’il est pertinent de faire comme intervention en vertu de la Loi sur le patrimoine. Le classement fait partie de cette réflexion », a confirmé Philip Proulx, attaché de presse de la ministre de la Culture, Hélène David. « Le ministère a eu pour mot d’ordre de faire une analyse rapidement, étant donné qu’il y a des craintes concernant la possible démolition de l’église. »

M. Proulx précise qu’advenant la signature d’un avis d’intention de classement par la ministre, la protection entrerait aussitôt en vigueur et la démolition de l’église serait interdite.

Église vidée

Le président de la fabrique de la paroisse Saint-Jean-L’Évangéliste, Louis-Charles Fontaine, ignorait qu’un classement était envisagé par le ministère lorsque Le Devoir l’a joint vendredi. « Ça serait très bien ! Je pense qu’il faut s’intéresser au patrimoine avant qu’il soit trop tard. Il est déjà tard, mais mieux vaut tard que jamais », a dit M. Fontaine.

En l’absence de mobilisation pour préserver l’église et de fonds pour la rénover, la paroisse, qui compte six autres lieux de culte, avait décidé de vendre Saint-Gérard-Majella. En décembre, la fabrique a même vidé l’église et vendu le mobilier et les objets qui s’y trouvaient. « Mais avoir su qu’on aboutirait à ça, je n’aurais pas vendu les bancs et les objets », regrette M. Fontaine.

La Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu n’entend pas se mêler du dossier ni contribuer à la restauration de l’église, mais elle devra éventuellement autoriser le changement de zonage, la démolition de l’immeuble et la conformité du projet immobilier, a indiqué Sylvain Latour, attaché de presse du maire Michel Fecteau.

Maison des patriotes

Quant à la maison Chénier-Sauvé, une demeure patrimoniale de Saint-Eustache elle aussi menacée de démolition, le ministère dit suivre le dossier de près.

La Ville de Saint-Eustache affirme que la maison aurait besoin de coûteuses rénovations de 2,8 millions, et elle songe à la démolir malgré une subvention de près d’un million accordée par Québec. « On a mis de l’argent sur la table pour assurer une restauration. On attend de voir quel est le plan de match [de la Ville] », a indiqué Philip Proulx.

La Ville entend décider du sort de la propriété ayant appartenu au patriote Jean-Olivier Chénier dans les prochains mois.

4 commentaires
  • Claire Lavigne - Inscrite 9 janvier 2016 05 h 54

    Urgence! sauvons nos châteaux!

    Réveillons-nous! Notre histoire s'efface! Notre culture disparaît!

  • Sylvain Auclair - Abonné 9 janvier 2016 08 h 43

    Il suffit d'attendre

    L'hôpital Sainte-Justine possédait un bâtiment classé, le Montreal Hunting Club House, un bâtiment du XIXe siècle, si je ne m'abuse, alors que le quartier était encore couvert de forêts. Il a suffi de ne pas l'entretenir et d'attendre qu'ils soit devenu dangereux pour pouvoir le démolir.

  • François Dugal - Inscrit 9 janvier 2016 08 h 47

    Les québécois

    "Les québécois sont un peuple sans histoires." (mais qui donc a dit ça, Lord Durham?)

  • Maryse Veilleux - Abonnée 9 janvier 2016 09 h 30

    Je ne peux pas croire....

    qu'on menace de démolir un tel joyau... quels obtus d'esprit que de faire un tel sacrilège!... c'est une insulte à l'art de l'architecture.