Des villes de l’agglomération de Longueuil estiment verser des millions en trop

L'Hôtel de Ville de Longueuil
Photo: Martin Dubé CC L'Hôtel de Ville de Longueuil

Brossard, Saint-Lambert et Saint-Bruno passent à l’offensive. Lasses de verser chaque année des millions à l’agglomération de Longueuil, elles demandent au ministre des Affaires municipales d’intervenir, soutenant qu’elles financent depuis sept ans les services de la ville centre.

Les maires des trois villes membres de l’agglomération — qui comprend aussi Longueuil et Boucherville — réclament une intervention immédiate du ministre Pierre Moreau pour revoir « le fonctionnement, la gouvernance et le financement de l’agglomération de Longueuil ».

Un avis juridique préparé à leur demande laisse entendre qu’une résolution adoptée en 2007 par les villes de Longueuil et Boucherville, déléguant au conseil municipal de la ville de Longueuil les pouvoirs de gestion des dépenses partagées incombant à l’agglomération, est en fait illégale.

« La Loi autorise uniquement la délégation d’une compétence d’agglomération au conseil de la municipalité centrale à l’égard de son propre territoire », note l’avis juridique présenté jeudi, qualifiant la résolution de « vice structurel qui bafoue les principes élémentaires de fiscalité et de démocratie municipale ».

 

40 millions en trop

À l’heure actuelle, le conseil municipal de la Ville de Longueuil administre certains services en lieu et place du conseil d’agglomération, affirme Paul Leduc, maire de Brossard. Ainsi, une portion du salaire du directeur général de la ville de Longueuil et d’autres employés serait en fait payée par les contribuables de Brossard, Boucherville, Saint-Bruno et Saint-Lambert.

« Le conseil municipal de la Ville de Longueuil gère tous les services de l’agglomération, par exemple des services d’eau potable, de l’évaluation municipale, etc. En ce moment on paye, mais on ne participe pas à la prise de décisions », dit-il.

Les récentes négociations entre les villes ont mis en évidence le fait que les citoyens ont versé jusqu’à 40 millions de dollars en trop à Longueuil depuis sept ans pour des services relevant de compétences d’agglomération, soutient le maire de Saint-Bruno-de-Montarville, Martin Murray. « Il en coûte actuellement plus de 20 millions pour administrer les services mixtes d’agglomération, ce qui est l’équivalent de 200 employés à 100 000 $ chacun », expose-t-il.

Ces iniquités pourraient de nouveau être reconduites advenant l’adoption du budget 2015 et du règlement du partage des dépenses mixtes par les villes, craignent les trois maires.