Lac-Mégantic: la facture séparée également

Québec — Ottawa et Québec se sont entendus pour partager à parts égales la facture de décontamination et de reconstruction du centre-ville de Lac-Mégantic pulvérisé par le souffle de l’explosion du train chargé de pétrole brut de la MMA.

 

Après s’y être refusé, le gouvernement fédéral a consenti à déplafonner l’aide versée à la municipalité de 6000 âmes en plus de payer sa part de « penses considérées [jusqu’à aujourd’hui] comme non admissibles », s’est réjoui le gouvernement péquiste. D’ailleurs, le ministre des Finances et de l’Économie, Nicolas Marceau, y voyait mardi soir « la bonne nouvelle » du budget Flaherty.

 

« Le gouvernement fédéral tenait mordicus à ce qu’il y ait un plafond à l’entente. Et pour le gouvernement du Québec, c’était évidemment une position qui était intenable », a rappelé le ministre des Affaires intergouvernementales canadiennes, Alexandre Cloutier.

 

Mais, au terme de « négociations relativement difficiles », Ottawa et Québec en sont arrivés à une entente, à défaut de laquelle le gouvernement fédéral aurait payé « bien en deçà de 50 % » des dépenses encourues afin de décontaminer et de reconstruire le coeur de Lac-Mégantic. « Non seulement avait-on fixé un plafond, mais en plus il y avait toute une série de dépenses qui étaient considérées comme non admissibles », a fait remarquer le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, précisant qu’Ottawa remboursait habituellement quelque 90 % des coûts engendrés par une catastrophe anthropique, comme par une catastrophe naturelle, avant 2008.