Élections municipales - Participation en hausse pour le vote par anticipation

Les Montréalais ont pu profiter dimanche d’une autre journée de vote par anticipation.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Les Montréalais ont pu profiter dimanche d’une autre journée de vote par anticipation.

Tant à Montréal qu’ailleurs au Québec, la campagne électorale municipale s’engage dans sa dernière ligne droite cette semaine. Dimanche, les électeurs montréalais ont été légèrement plus nombreux qu’en 2009 à voter par anticipation, le taux de participation ayant atteint 5,58 %, comparativement à 5,37 % il y a quatre ans. Pendant ce temps, un record a été enregistré à Québec où le taux de participation a atteint 14,4 %.

À Montréal, le vote par anticipation avait commencé vendredi et s’est poursuivi dimanche entre midi et 20 h dans les 107 lieux désignés par Élection Montréal. Au total, 61 502 citoyens ont exercé leur droit de vote, soit 5,58 % des électeurs inscrits.

 

À Québec, la ferveur électorale a été encore plus importante puisque plus de 58 000 électeurs se sont présentés aux bureaux de vote, ce qui correspond à un taux de participation de 14,4 %. Il s’agit d’une hausse de 65 % par rapport à 2009 alors que 8,7 % des électeurs avaient exercé leur droit de vote.

 

À Gatineau, 6,94 % des électeurs se sont déplacés pour voter pendant qu’à Longueuil, peu avant la fermeture du bureau de vote en soirée, on enregistrait un taux de participation de 7 %.

 

Dans Côte-des-Neiges -Notre-Dame-de-Grâce (CDN-NDG), l’arrondissement le plus populeux de Montréal, les électeurs défilaient à un rythme soutenu au bureau de vote de l’avenue Decelles dimanche après-midi.

 

Les citoyens croisés par Le Devoir ont dit vouloir un maire honnête, qui saura gérer la ville, faire échec à la corruption et s’occuper des infrastructures. « On veut un maire qui mettra de l’ordre à l’hôtel de ville », a commenté Claude Brunet-Côté à la sortie du bureau de vote. Il faut quelqu’un d’expérience qui a une « bonne pogne », a renchéri Jeanne Cousineau-Morin.

 

Tous plus blancs que blancs

 

Mais d’autres électeurs affichaient moins d’enthousiasme, estimant que les candidats à la mairie avaient bien peu à offrir aux Montréalais au-delà de l’intégrité qu’ils prétendent avoir. « Les candidats se disent plus blancs que blancs, mais à part ça, il n’y a rien d’autre. Ils n’ont aucune vision. C’est le vide, a déploré Hélène Dockes. C’est bien beau lutter contre la corruption, mais ça ne suffit pas pour bâtir une ville. C’est le reflet de ce qui se passe à Montréal. Ce n’est pas une ville, c’est 19 arrondissements. »

 

Confronté à un dilemme, Omar Mahrez a décidé de ne pas concentrer son appui dans les mains d’une seule formation politique, préférant partager son vote entre les différents partis aux postes de maire de Montréal, maire d’arrondissement et conseillers. « Il faut répartir l’équilibre des forces », de manière à assurer la présence d’un contre-pouvoir à l’hôtel de ville, a-t-il expliqué.

 

Les électeurs de CDN-NDG rencontrés à la sortie du bureau de vote disaient peu connaître les candidats à la mairie d’arrondissement, et encore moins les candidats qui briguaient les postes de conseillers. À l’opposé, dans le Plateau Mont-Royal, les citoyens évoquaient d’emblée les enjeux locaux, le stationnement, le déneigement et le controversé maire sortant, Luc Ferrandez. « Mes taxes ont augmenté de 35 % depuis huit ans », a dit l’un d’eux, visiblement irrité par les contraintes de stationnement imposées aux résidents. « J’aimerais que la ville-centre reprenne du tonus et qu’un ménage se fasse. Il faut qu’on ait une ville qui se tienne debout et qu’on n’ait plus l’air d’une gang de losers. »

 

« On aime ou on n’aime pas », a reconnu Jean Garneau au sujet de l’administration de Luc Ferrandez. Outre les problèmes de corruption à l’hôtel de ville, le transport en commun sera un enjeu important de la prochaine administration montréalaise, selon lui.

 

Candidats sur le terrain

 

À une semaine du scrutin, les candidats à la mairie ont intensifié le travail sur le terrain. « C’est le sixième arrondissement que je visite aujourd’hui », a indiqué Denis Coderre lors d’un point de presse en début d’après-midi. « On a une équipe fantastique. Tout roule au quart de tour. »

 

Les aspirants maires comptent multiplier les rencontres et les poignées de mains dans les prochains pour ce dernier sprint. Marcel Côté entend marteler son message, répéter aux Montréalais que la Ville doit être mieux gérée et que l’appareil administratif a besoin de réformes en profondeur. S’il reconnaît avoir traversé des moments difficiles à cause de l’affaire des appels automatisés, il soutient avoir gagné en notoriété au cours des prochaines semaines. Les prochains jours donneront l’occasion aux belligérants de s’affronter puisque LCN présentera une série de duels à compter de lundi soir. « Je pense que dans un face-à-face, on va être capable de comparer la substance à la crème fouettée », a indiqué M. Côté.

 

Mélanie Joly était elle aussi active dimanche. « On continue d’être présent sur le terrain. Aujourd’hui, on a fait beaucoup de porte-à-porte. J’ai visité quatre arrondissements et rencontré des communautés culturelles, dont 400 Chinois dans le quartier chinois », a dit celle qui, lors du plus récent sondage, occupait le deuxième rang dans les intentions de vote. « On a déjà fait beaucoup de porte-à-porte. Je suis contente, beaucoup de gens sont allés voter. »

 

Pour sa part, Richard Bergeron a indiqué qu’il comptait mettre en avant une thématique différente chaque jour d’ici au 3 novembre, ce qui lui permettra de rappeler les engagements de son équipe. Il a d’ailleurs mis l’accent sur un élément central de sa campagne, soit la rétention des familles à Montréal et l’accès aux rives.

 

« Comme nous sommes un parti de militants - nous avons 3000 membres -, un bon millier d’entre eux vont être en rotation sur le terrain », a expliqué le chef de Projet Montréal. « C’est ce que j’appelle la différence du vrai parti. Nous cognons aux portes, il y a des centaines de personnes sur le terrain, ils parlent aux gens et, moi, mon rôle est de rappeler la thématique de la campagne. »

 

Comme ses adversaires, Richard Bergeron se prépare au premier face-à-face qui, lundi soir, l’opposera à Denis Coderre.

 

 

Avec Mélanie Loisel

À voir en vidéo