Gaz de schiste - Peter MacKay lance un appel au calme

Le ministre fédéral de la Justice, Peter MacKay, a réclamé vendredi la fin des confrontations et la reprise des discussions afin de résoudre le conflit sur l’exploitation des gaz de schiste près de Rexton, dans l’est du Nouveau-Brunswick. Jeudi, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) a arrêté au moins 40 personnes lors de manifestations durant lesquelles six véhicules de police ont été incendiés et des cocktails Molotov auraient été lancés vers les policiers. « De toute évidence, il est nécessaire de respecter la loi, d’éviter la violence et de reprendre le dialogue », a affirmé M. MacKay.

 

La police a fait respecter une injonction de la cour, puisque le blocus visant à empêcher l’exploration des gaz de schiste dans l’est du Nouveau-Brunswick n’était plus sécuritaire, a soutenu vendredi le commandant divisionnaire de la GRC de la province.

 

Les manifestants, parmi lesquels se trouvaient plusieurs membres de la Première Nation Elsipogtog, bloquaient l’accès de la route 134 depuis le 29 septembre.

 

Des Mohawks du Québec ont manifesté leur appui à la communauté du Nouveau-Brunswick vendredi matin en bloquant une des voies d’accès du pont Mercier pendant une trentaine de minutes. Ils ont alors distribué des feuillets d’information aux automobilistes. Jeudi soir, près de 200 personnes sont descendues dans les rues de Montréal pour afficher leur soutien.

 

 

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo