Le directeur de campagne d’Option Laval démissionne

Nouveau rebondissement à Laval : le directeur de la campagne d’Option Laval, Reny Gagnon, a remis sa démission, vendredi, le temps qu’une enquête soit menée sur l’agression dont il affirme avoir été victime, lundi soir.

 

M. Gagnon disait avoir été passé à tabac sur l’autoroute 40, dans les heures qui ont suivi la diffusion d’extraits d’une proposition faite à la candidate à la mairie de Laval, Claire Le Bel, par l’ancien maire Gilles Vaillancourt, qui fait face à des accusations de fraude, corruption, complot et gangstérisme. Son directeur de campagne était avec elle au moment de l’enregistrement de l’offre de l’ancien maire. Disant craindre pour sa sécurité, Mme Le Bel tenait à dénoncer l’aide proposée par son ancien patron et a qualifié « d’étonnante coïncidence » l’agression de M. Gagnon.

 

Quelques jours plus tard, la certitude semble avoir pâli quant à la possibilité que les gestes posés contre M. Gagnon soient reliés à l’épisode impliquant M. Vaillancourt. Dans un communiqué, Option Laval a précisé que M. Gagnon se désiste temporairement de ses fonctions, le temps de faire la lumière sur « l’agression dont il allègue avoir été victime ».

 

Le parti précise que cette décision a été prise à la suite d’une « hypothèse avancée par des médias » voulant que la séquence des événements « serait mise en doute ». « Cela a mis le doute chez les citoyens. On est en pleine campagne électorale. On ne peut pas faire une campagne avec le doute qui plane tout le temps au-dessus », a indiqué Mme Le Bel.

 

La chef d’Option Laval a toutefois réaffirmé sa confiance envers M. Gagnon.

À voir en vidéo