Martine Beaugrand, nouvelle mairesse de Laval

Laval a une nouvelle mairesse par intérim. Seule à briguer le poste, Martine Beaugrand a été élue par acclamation mercredi, promettant la « stabilité politique » d’ici les prochaines élections.


Mme Beaugrand a été élue conseillère municipale en 2009 sous la bannière du PRO des Lavallois, parti de l’ex-maire Gilles Vaillancourt. « Les derniers mois ont été difficiles pour les Lavallois, et l’image de la Ville a été passablement écorchée. Cette période est maintenant derrière nous, car j’entends mettre toutes mes énergies à soutenir l’administration municipale dans un contexte de plus grande stabilité politique », a-t-elle dit dans un communiqué.


Son rôle sera toutefois limité, puisque la Ville de Laval est sous tutelle depuis le mois dernier et que des élections municipales auront lieu le 3 novembre. Toutes les décisions du comité exécutif et du conseil municipal doivent obtenir le feu vert de la Commission municipale du Québec, qui a mandaté un gestionnaire pour superviser leurs activités.


Couronnement


Ce couronnement survient après la démission d’Alexandre Duplessis en raison d’allégations l’impliquant dans une affaire de services d’escortes. Quelques heures avant sa démission, il avait catégoriquement nié avoir reçu les services sexuels d’une prostituée, affirmant plutôt être victime d’une tentative d’extorsion.


Ce dernier était lui-même maire par intérim. Il avait pris la place de Gilles Vaillancourt, qui a démissionné en novembre dernier dans la foulée d’une série de perquisitions de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) à Laval. En mai dernier, celui qui régnait sur la ville depuis 1989 a été arrêté et accusé de gangstérisme.


Contrairement à la majorité des conseillers municipaux de Laval, Mme Beaugrand n’a pas été éclaboussée par les révélations faites lors de la commission Charbonneau.


L’agent officiel du PRO des Lavallois, Jean Bertrand, a affirmé fin mai que presque tous les conseillers municipaux avaient bafoué la Loi électorale en acceptant des dons illégaux de firmes de génie-conseil. De 1995 à 2010, les dons des conseillers du PRO à leur propre formation, ainsi que ceux de leur entourage, étaient remboursés par huit ou neuf firmes de génie-conseil, a-t-on appris. La seule autre conseillère lavalloise à ne pas avoir servi de prête-noms est France Dubreuil.


Pour le Mouvement lavallois, il aurait été préférable que Québec nomme des gestionnaires indépendants pour diriger la Ville d’ici les élections. « Même si elle n’a pas participé au processus de prête-noms, elle a bénéficié de l’argent qui est le fruit de la collusion et de la corruption pour son élection en 2009, comme tous les membres du PRO des Lavallois », a dit au Devoir Marc Demers, qui sera candidat à la mairie le 3 novembre.


Martine Beaugrand est la première femme à occuper le poste de maire de Laval. Elle détient une maîtrise en administration des services de santé.


Elle n’entend pas briguer à nouveau la mairie de Laval lors de l’élection municipale.

À voir en vidéo