La Ville de Laval pourrait bien avoir une femme comme maire

Pour la première fois de son histoire, la Ville de Laval pourrait avoir une femme comme maire. Les conseillères Martine Beaugrand et France Dubreuil seraient actuellement les favorites de la course, mais aucune n’a encore confirmé sa candidature.

Mmes Beaugrand et Dubreuil sont les seules élues, parmi les 21 membres du conseil municipal, à ne pas avoir été impliquées dans le scandale de financement illégal du parti PRO des Lavallois, ancienne formation de Gilles Vaillancourt, selon les témoignages entendus ces derniers mois à la Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la cons-truction présidée par la juge France Charbonneau.


Séance extraordinaire


Les élus de Laval se sont réunis samedi soir en séance extraordinaire pour lancer le processus d’élection du futur maire. La rencontre a été très brève, ne durant qu’une dizaine de minutes tout au plus. Les aspirants au poste de maire par intérim, pour succéder au démissionnaire Alexandre Duplessis, doivent déposer leur candidature le mercredi 3 juillet, entre 8 h 30 et 16 h 30.


Si plus d’un candidat se manifeste, il y aura un vote secret. Sinon, le prochain maire sera élu par acclamation.


Cette rencontre a eu lieu à peine 24 heures après que le maire intérimaire Alexandre Duplessis eut remis sa démission, en raison d’allégations l’impliquant dans une affaire de services d’escorte. Quelques heures avant sa démission, il avait catégoriquement nié avoir reçu les services sexuels d’une prostituée.


Vendredi soir, à la suite d’une réunion privée des élus, le vice-président du comité exécutif de Laval, Basile Angelopoulos, s’était montré assuré que le prochain maire par intérim pourrait être désigné « avant la fin de la semaine prochaine ».


Léger insatisfaite


La ministre responsable de la région de Laval, Nicole Léger, n’a pas caché son insatisfaction face à la situation qui prévaut à la mairie de Laval.


Questionnée à son arrivée au Conseil des ministres dimanche matin, Mme Léger a déclaré qu’elle s’attendait à une situation plus « harmonieuse » au moment où elle a accepté le rôle de ministre responsable de cette région.


Nicole Léger a aussi indiqué qu’elle aurait, dimanche, « de bonnes discussions » à ce sujet avec le ministre des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire, Sylvain Gaudreault. Elle a cependant refusé de préciser ses attentes concernant le prochain maire de Laval, indiquant que le conseil municipal devait faire son choix.


Pour sa part, le ministre responsable de la région de Montréal, Jean-François Lisée, a déclaré dimanche, en anglais, que les citoyens de Laval méritaient mieux que les problèmes qu’ils ont eus avec le maire Duplessis et cet épisode qu’il a qualifié de « comédie tragique ».


M. Lisée croit que les électeurs devraient se tourner vers le prochain scrutin pour élire une équipe capable de diriger Laval adéquatement.


La Ville de Laval a été placée sous tutelle le 3 juin dernier.


 

Avec Le Devoir

À voir en vidéo