Drummondville autorisera finalement les potagers de façade

Drummondville a finalement tranché : la Ville autorisera les potagers devant les résidences et une proposition de règlement sera soumise aux élus d’ici le printemps prochain. C’est ce que la mairesse Francine Ruest Jutras a annoncé hier soir à l’occasion de la séance du conseil municipal.

Michel Beauchamp et sa conjointe, Josée Landry, n’ont pas caché leur satisfaction. «On est extrêmement contents, a indiqué Josée Landry. C’est une avancée importante pour l’agriculture urbaine. »


En juillet dernier, les deux jardiniers, qui avaient aménagé un potager devant leur demeure, avaient reçu une lettre de la municipalité les sommant de gazonner 30 % de la superficie de leur cour faute de quoi ils s’exposaient à des amendes de 100 à 300 $ par jour. Leur histoire avait fait le tour du monde et les appuis avaient afflué via les médias sociaux.


Le couple avait finalement obtenu un sursis avant d’apprendre qu’il pourrait jouir d’un droit acquis puisque sa résidence est située dans le secteur de Saint-Charles où les potagers en façade étaient autorisés avant les fusions municipales. La Ville comptait toutefois harmoniser son règlement de manière à ce que l’interdit concernant les potagers s’applique à l’ensemble de son territoire, ce que contestaient les deux jardiniers.


Après réflexion, les élus ont plutôt décidé d’autoriser cette pratique, mais des règles devront être élaborées pour l’encadrer. Francine Ruest Jutras a indiqué au Devoir que la Ville déposerait un règlement, au plus tard en mars 2013. « C’est une histoire qui se termine bien », a déclaré la mairesse, qui croit que le nouveau règlement pourrait faire école auprès d’autres municipalités.

 

Une première


Questionnée sur le volte-face de la Ville, la mairesse a rétorqué que la question des potagers en façade n’avait jamais été portée à l’attention des élus auparavant. « Il s’agissait d’une ancienne réglementation et le conseil ne s’était jamais penché sur la question », a-t-elle expliqué.


La mairesse a invité M. Beauchamp à siéger au comité qui sera chargé de définir les règles qui encadreront ce type de culture.


À l’heure actuelle, plusieurs villes autorisent les potagers de façade, dont Montréal, Victoriaville et Trois-Rivières, mais d’autres municipalités, comme Québec, Longueuil, Laval et Terrebonne l’interdisent.



Le potager de Michel Beauchamp et Josée Landry, par Amélie Daoust-Boisvert et Annik MH De Carufel





7 commentaires
  • philippe desjardins - Inscrit 14 août 2012 05 h 00

    beauté des choses

    la diversité d'un potager ou alternent les légumes et les fleurs, l'oeil s'émeut, face au désert gazonnesque taillé (à 3 cm ? mesure en main) tout à fait dans le style: "je ne veux voir qu'une tête !!" .
    Le choix reflète l'esprit "rentre dans le rang et ferme là !
    Le potager c'est le goût, la vue, un travail et un soins utile (MAIS ! cela rappelle peut-être trop ce travail manuel et agricole que symboliquement rejettent nos intelectuels et prétendus esthètes ?
    Qu'est-ce donc une société qui vise l'uniformité face à la diversité ?
    Quels refus inconscients préside à cet autoritarisme ???

  • Charlotte Boily - Inscrit 14 août 2012 06 h 48

    Bravo !!!

    Pour une fois, le bon sens et le pragmatisme des élus l'emportent...Bravo... Il faut poursuivre en ce sens, le monde change....Espérons que d'autres municipalités s'inspireront de Drummondville...

  • François Dugal - Inscrit 14 août 2012 07 h 57

    Volte-face

    Drummondville a effecttué une heureuse volte-face.
    Souhaitons la fin des pelouses chimiquement irréprochables.

  • sylvie drapeau - Inscrit 14 août 2012 08 h 45

    Le gazon

    Surtout qu'ils exigeaint du gazon, ce qui ne sert absolument à rien sauf boire beaucoup d'eau potable pour le garder vert et de l'essence pour le tondre! Enfin un brin de bon sens. Voyons l'ecadrement maintenant.

  • Jacques Beaudry - Inscrit 14 août 2012 10 h 25

    enfin

    enfin une brise de gros bon sens de la part de politiciens