Le Chambéry - La Ville de Blainville dépose son approche du développement résidentiel

Pierre Vallée Collaboration spéciale
Le futur quartier Le Chambéry, à Blainville.
Photo: Source Blainville Le futur quartier Le Chambéry, à Blainville.

Le développement résidentiel à l'intérieur d'une municipalité est plus souvent qu'autrement affaire de promoteur immobilier, le rôle de la municipalité se limitant au zonage et à la délivrance des permis. La Ville de Blainville a choisi de renverser la vapeur et d'être proactive. Sans aller jusqu'à assumer le rôle de promoteur immobilier, elle s'est faite l'instigatrice du développement du nouveau quartier Le Chambéry.

«À mon arrivée en poste, en 2005, j'ai commandé une analyse complète du territoire de la municipalité, explique François Cantin, maire de Blainville. Ce portrait nous a permis d'identifier un terrain de 250 hectares, à peine desservi par les services municipaux, qui méritait d'être développé. D'ailleurs, les 77 différents propriétaires de ce terrain, situé au sud-est de la municipalité, attendaient avec hâte un tel développement.»

Mais au lieu de procéder de façon habituelle, la Ville de Blainville a choisi d'innover. «Blainville avait adopté une politique de développement durable, et l'on a voulu que le développement résidentiel de ce terrain se fasse en tenant compte de ce facteur. On a donc mis en place une table où l'on a réuni tous les services municipaux, afin d'examiner le type de développement résidentiel que l'on pouvait faire. On s'est entendus que ce qui convenait le mieux était celui d'un quartier urbain.»

Mais le terrain était fortement boisé et abritait des milieux humides. «On a alors entrepris des discussions avec les gens du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, et le fruit de ces discussions nous a permis de conserver

50 hectares du terrain et ainsi de protéger les milieux humides. Nous avons dépensé environ 1,2 million de dollars en études, avant d'accoucher d'un Plan particulier d'urbanisme, qui détermine de quelle façon le terrain doit être développé.»

Le Chambéry

Le projet du quartier Le Chambéry est un projet de développement dégradé, en ce sens qu'il comprend différents types d'habitation: des maisons unifamiliales, des immeubles de trois étages abritant des condominiums, et des immeubles de huit étages abritant aussi des condominiums. Chaque type d'habitation est situé en un endroit précis sur le terrain, de façon à créer des zones distinctes. «Ce genre de développement nous assure de pouvoir accueillir tous les types de résidents, de jeunes familles, des couples sans enfants et des personnes retraitées, ce qui crée un milieu de vie plus naturel.»

Un grand boulevard en forme de S traversera tout le quartier, et toutes les rues secondaires s'y rattacheront. «C'est par ce boulevard que le transport en commun desservira le quartier. Comme on veut favoriser le transport actif, il n'y aura aucune résidence qui sera éloignée de plus de 500 mètres du boulevard.» Des pistes cyclables et des sentiers piétonniers seront aussi aménagés.

Une place publique, avec tour d'observation, sera aménagée au centre du quartier, et c'est autour de cette place que logeront les commerces et services de proximité. La place servira aussi de lieu d'animation culturelle. De plus, tous les immeubles de huit étages se retrouveront autour de la place publique. «Ce secteur du développement aura donc une allure plus urbaine, tandis que les autres secteurs proposeront un cadre de vie semi-urbain.»

La forêt sera présente partout. «Tous les immeubles qui sont dos à dos auront au moins 10 mètres de forêt qui les sépareront. Un aménagement paysager sans gazon est prévu pour toutes les résidences. Peu importe où vous vous trouverez dans le quartier, vous pourrez jouir de la présence des arbres. De plus, tous les fils seront enfouis afin de ne pas nuire à la vue. La forêt sera même visible à partir de la place publique.»

L'état du projet


La première phase du projet est la construction du grand boulevard. «Les travaux de déboisement viennent de commencer, et nous espérons que le boulevard soit carrossable en septembre. Nous avons choisi de construire le boulevard en premier, puisqu'il permet de désenclaver le terrain. Une fois le boulevard construit, le développement résidentiel pourra se faire sur n'importe quelle portion du terrain, ce qui évite de procéder par phases.»

La construction résidentielle sera confiée à des promoteurs immobiliers privés. «Nous avons déjà rencontré plusieurs promoteurs afin de leur expliquer le concept. Déjà, une dizaine ont fait l'acquisition de terrains. Les promoteurs sont évidemment libres de choisir le type de résidence dans lequel ils veulent s'impliquer, selon leurs compétences, soit les maisons unifamiliales ou les immeubles à condominiums. Rien n'empêche un promoteur de développer plusieurs secteurs s'il en a la capacité. Mais tous les promoteurs sont tenus de respecter le cadre imposé par le Plan particulier d'urbanisme. D'ailleurs, un employé de notre service de l'urbanisme se consacrera à temps plein à la supervision du développement du quartier Le Chambéry.»

Le projet de développement du quartier Le Chambéry est un projet de développement résidentiel écologique, puisqu'il protège les milieux humides, cherche à marier nature et lieu de résidence tout en offrant les services que l'on trouve en milieu urbain et favorise le transport actif et le transport en commun. De plus, il propose un cadre de vie spécifique et propre au quartier. «C'est un projet gagnant-gagnant. D'une part, la Ville de Blainville développe un terrain inutilisé, en accord avec son plan de développement durable, et d'autre part la spécificité et les caractéristiques du projet aideront les promoteurs à vendre le produit. Le consommateur saura d'emblée dans quel cadre de vie il se retrouvera s'il choisit acheter une résidence et d'habiter dans le quartier Le Chambéry de Blainville.»

***

Collaborateur du Devoir

À voir en vidéo